PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

Des joyaux de la Sainte-Chapelle exposés au Kremlin

L’objectif de l’exposition est de familiariser le public russe avec l’art gothique français ainsi qu’avec la période de règne de Saint Louis, en suscitant un intérêt pour cette page de l’histoire française. Qui sait, peut-être ces chefs-d’œuvre les encourageront-ils à aller poursuivre leur découverte, cette fois-ci en France ?

Avec 78 chefs d’œuvres de l’art gothique français présentés au Kremlin, la capitale russe accueille une exposition sans précédent consacrée au roi Saint Louis et aux reliques de la Sainte-Chapelle.

Pour certains de ces joyaux, il s’agit du premier « voyage » en dehors de la France.

Statue d’Isabelle de France (Ile-de-France, vers 1300 ; Collégiale Notre-Dame de Poissy).  

Source : https://fr.sputniknews.com/photos/201703031030309584-kremlin-musee-exposition-france-sainte-chapelle-saint-louis/

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

Pèlerinage au couvent franciscain de la Castagnavizza

Pèlerinage de Monseigneur le duc d’Anjou au couvent franciscain de la Castagnavizza et déclaration au sujet de la sépulture de Sa Majesté le Roi Charles X.

Ce samedi 18 février 2017, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jureSa Majesté le Roi Louis XX, s’est rendu en pèlerinage au couvent franciscain de la Castagnavizza (Kostanjevica), dans la crypte duquel reposent les corps de trois de ses prédécesseurs : Leurs Majestés les Rois Charles X, Louis XIX et Henri V, ainsi que les épouses de ces deux derniers, les deux Reines Marie-Thérèse (Marie-Thérèse-Charlotte de France, fille de Louis XVI, et Marie-Thérèse de Modène « comtesse de Chambord »), et la Princesse Louise d’Artois, duchesse consort puis régente des duchés de Parme et de Plaisance.

A cette occasion, Monseigneur le duc d’Anjou, agissant pleinement en tant que Chef de Maison, a publié une déclaration solennelle qui répond aux initiatives privées qui voudraient ramener aujourd’hui en France les corps des Bourbons reposant en ce « Saint-Denis de l’exil ».

En voici le texte, tel qu’il a été publié ce 19 février par son Secrétariat.

Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou,
de jure Sa Majesté le Roi Louis XX,
priant devant la tombe de SMTC le Roi Charles X
dans la crypte du couvent franciscain de la Castagnavizza (Kostanjevica),
ce samedi 18 février 2017.

Déclaration de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon,
de jure
 Sa Majesté le Roi Louis XX,
au sujet de la sépulture du Roi Charles X.

J’ai souhaité solenniser le 180e anniversaire de la mort du Roi Charles X, mort à Gorizia, le 6 novembre 1836, en venant me recueillir sur son tombeau.

Le dernier roi légitime de France est mort en exil et il repose dans le Couvent des Franciscains de la Castagnavizza en Slovénie dans lequel une crypte a été aménagée pour recevoir la dépouille des Bourbons accueillis dans ce qui était alors un territoire de l’Empire Austro-Hongrois.

A plusieurs reprises a été soulevée la question d’un éventuel transfert de la royale dépouille en France pour être placée dans la nécropole de Saint-Denis où reposent presque tous les rois.
Mon Père, lui-même, le Prince Alphonse duc d’Anjou et de Cadix, en venant à Gorizia Nova-Gorica en 1986, avait pu l’évoquer et il s’était rapproché des différentes autorités religieuses et politiques. Le contexte était alors très différent puisque le rideau de fer d’alors faisait qu’à l’exil s’ajoutaient des difficultés de déplacement dans ce qui était la Yougoslavie.
Avec 1989 un double changement est intervenu. Tout d’abord par le décès de mon père, je me trouvais nouveau Chef de la Maison de Bourbon étant âgé à peine de 15 ans. La question Charles X ne pouvait pas être dans les premières que j’avais à résoudre. Ensuite la chute du mur de Berlin puis l’indépendance de la Slovénie, précédant son entrée dans la Communauté européenne, étaient autant d’événements qui modifiaient la donne politique. Il n’était dès lors plus question de transfert des dépouilles des Bourbons puisqu’elles étaient accessibles par tous ceux qui voulaient venir s’y recueillir.

Il y a quelques temps des initiatives privées, associatives, animées sans doute par de louables sentiments, ont ré-ouvert le débat. Initiatives extérieures à la famille de Bourbon même si certains membres ont été approchés et ont parfois montré leur intérêt individuel.
Sollicité, comme aîné et chef de la Maison de Bourbon, et donc premier à pouvoir m’engager, j’étais resté sur une prudente réserve. Il me semblait, en effet, que l’ensemble des questions que pouvait soulever un tel transfert n’était pas vraiment étudié. Il y avait notamment deux grands absents : le Couvent des Franciscains qui depuis cent quatre-vingt ans garde et protège les dépouilles des Bourbons, et d’autre part les Villes de Nova-Gorica et de Gorizia qui, depuis la même époque, sont fidèles à cette page où leur histoire et celle de la France ont été confondues.
La moindre des choses est toujours de rencontrer toutes les parties. Mon voyage est l’occasion de telles rencontres.

Ainsi, bien évidemment, sans préjuger de l‘avenir qui ne nous appartient pas et de circonstances extérieures, actuellement trois arguments vont à l’encontre d’un retour des cendres de Charles X en France :

– Un argument historique. Charles X est mort en exil en 1836 et le Gouvernement alors en place n’a pas cherché à faire revenir sa dépouille, préférant faire revenir celle de l’empereur Napoléon 1er, en décembre 1840…
Ce transfert ne pourrait, en effet, avoir qu’un objectif de réconciliation. Un retour sans ce mobile n’a pas vraiment de sens.
Le rapatriement du corps d’un souverain est un acte national, non celui de quelques nostalgiques. Ajoutons que le retour d’un souverain est, par nature, un acte public qui doit engager le pays au plus haut niveau. La dépouille doit être accompagnée par les armées, le gouvernement en place doit être présent, etc… Seul l’État peut en décider.

– Un argument factuel : la crypte des Bourbons telle qu’elle existe actuellement dans le Couvent de la Castagnavizza n’est pas une sépulture du hasard, même si à l’origine il n’y avait pas de plan clairement défini et si le roi a été déposé dans un caveau déjà existant mis à disposition par une famille princière locale. La volonté d’avoir un lieu de sépulture spécifique et surtout pérenne a été manifestée par le comte de Chambord, Chef de la Maison de Bourbon. Il a souhaité organiser les sépultures de ses proches déjà décédés ainsi que de lui-même et de son épouse. Une crypte a été aménagée à sa demande expresse au début des années 1880 pour recevoir les cercueils. L’emplacement a été spécialement choisi sous le choeur de la chapelle. Cela traduit le souhait d’avoir un second lieu de sépulture officiel autre que Saint-Denis pour marquer l’exil.

La restauration de la royauté en France n’étant pas à l’ordre du jour, le retour des cendres ne peut pas l’être non plus puisque la monarchie est toujours dans une sorte d’exil.

La question n’est donc pas actuelle et admettre le retour serait admettre la fin de l’espoir en une Restauration. Mais elle demeure une question familiale qui est du ressort du Chef de Maison.

– Un argument d’opportunité. À une époque où l’Europe cherche un second souffle, il faut maintenir les symboles forts qui forgent son unité et son identité. Les nécropoles royales en font partie et, en ce sens, la Castagnavizza a toute sa place dans le « réseau » constitué de Westminster, l’Escorial, les Capucins à Wien, et bien évidemment Saint-Denis. À cela s’ajoute le rôle culturel d’une telle nécropole qui renforce les liens entre la France et la Slovénie.

Ainsi compte tenu de tous ces éléments, il ne parait pas souhaitable d’envisager actuellement un quelconque transfert d’un ou plusieurs cercueils reposant dans le couvent des Franciscains de Nova-Gorica.

Que saint Louis et saint François veillent sur les Bourbons.

Fait à Nova-Gorica-Gorizia, le 19 février 2017

Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou

Crypte du couvent de la Castagnavizza
dans laquelle reposent, dans l’attente de la résurrection,
LL.MM.TT.CC. les Rois Charles X, Louis XIX et Henri V,
et les deux Reines Marie-Thérèse, épouses de ces deux derniers,
ainsi que la Princesse Louise d’Artois, duchesse consort puis régente de Parme et de Plaisance.

 

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

Bougie Marie Antoinette

Trianon

Cueillette de jacinthes, de roses, de fleurs blanches, d’herbes folles et de graminées, ce bouquet évoque une nature idéale, celle de la Nouvelle Héloïse et des rêveries champêtres de Marie-Antoinette. Dans le souvenir vibrant d’un soir d’été et la tiédeur musquée des flambeaux, cette bougie est un hommage à la Reine du goût qui inspira tant de bougies à la Maison Trudon.

LE PARAVENT

35, rue Auguste Comte
69002 LyonFrance

http://www.le-paravent.fr

+33 4 78 95 30 22

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

L’avis de BISMARCK sur la république française et les BOURBON

Opinion de Bismarck sur la république, l’empire et les Bourbons en France

La lettre qui suit, est attribuée au chancelier de l’Empire d’Allemagne, Otto von Bismarck. Ce courrier résume à merveille la pensée intime de ce prince ennemi de la France. Lisez-la, faites profit de cette analyse politique, de ces projets secrets bien que très anciens, et tirez-en la conclusion indiquée par le bon sens et le patriotisme réel (la légitimité) qui s’imposent à ceux pour qui le beau nom de France signifie encore quelque chose…

MONCHERBARON,

Voici ma réponse à votre longue lettre du 3 courant, et les instructions confidentielles auxquelles vous voudrez bien vous conformer. Elles vous seront remises par un homme sûr, le courrier Pf.

Je laisse de côté le langage diplomatique pour causer familièrement avec vous, comme au mois de juin, l’an passé, sous les ombrages de Varzin, alors que nous rêvions ensemble l’unité de la patrie allemande et que pour la réaliser, j’espérais déjà attirer l’Empereur Napoléon dans le piège où il est tombé.

Vos appréhensions sur la possibilité d’une revanche de la France ne sont pas fondées. Elles ne le seraient que si cette Nation était unie au dedans. Alors, vous avez raison, il ne faut pas se le dissimuler, cette Puissance qui, sans avoir fait, en vue de la guerre, la moitié des préparatifs que nous avions faits nous-mêmes; qui avait mis sur pied deux fois moins d’homme maladroitement éparpillés, combattant par groupes contre nos masses ; cette Puissance qui, par ces motifs, a eu successivement, prisonniers, chez nous, 360,000 hommes d’excellentes troupes, et qui malgré cela, en pleine révolution, avec des recrues mal vêtues, mal nourries, mal armées, a pu retenir encore six mois nos formidables armées : cette Puissance, dis-je, avec sa bravoure proverbiale et ses immenses ressources serait redoutable pour nous si elle était unie.

Il faut prévoir, dites-vous, le cas où viendraient se retourner contre nous les chances heureuses auxquelles nous avons dû la victoire :
L’incurie de Napoléon et de ses ministres, l’alliance des Etats du Sud, la supériorité du nombre, la portée plus grande de l’artillerie. Cela pourrait arriver, ajoutez-vous, si un Bismarck et un de Moltke français venaient à occuper la place d’un Olivier ou d’un Lebœuf.

Je vous répondrai toujours : Oui, si la France était unie; mais elle ne l’est pas et ne peut, heureusement pas l’être, l’esprit des Français étant ce qu’il est. Le sort de l’Espagne est celui réservé désormais à la France. Cela n’empêche pas que je m’occupe de nous assurer des alliances pour l’avenir, même en prévision d’éventualités inadmissibles. Il faut être prêt à tout événement. Mais voici pourquoi je juge ces éventualités inadmissibles.

La France est partagée en Bonapartistes, en Orléanistes, en Légitimistes, et en Républicains. C’est, pour nous, comme si elle était divisée en quatre Etats indépendants et mêmes rivaux. Leur rivalité fait notre force et garantit notre sécurité. Il faut bien, il est vrai, qu’un parti finisse par l’emporter sur les autres. Heureusement pour nous, cela parait devoir être le parti Républicain.

En 1789, les cahiers des députés aux Etats-Généraux voulaient tous le maintien de là Royauté avec des réformes. Le rapport lu à l’Assemblée Nationale, le 27 juillet 1789, par le comte de Clermont-Tonnerre le prouve. La France et son Roi étaient tombés d’accord. La République a été alors imposée à la Nation par des scélérats.

Lire la suite…

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur