Entretien exclusif avec Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou

Vexilla Galliae : Il y a 224 ans, sur la place Louis XV, actuelle place de la Concorde, le Roi Louis XVI était la victime malheureuse de la révolution française. Chaque année depuis, et par devoir de mémoire, les royalistes se rassemblent en la Basilique royale de Saint-Denis afin de commémorer le triste anniversaire de cette exécution qui est à l’origine d’une fracture profonde au sein de la société française.

Monseigneur, quelle analyse faites-vous des conséquences actuelles de cet événement ?

Monseigneur, le prince Louis de Bourbon : Effectivement cet acte monstrueux a créé une rupture dans l’histoire de France. Elle est d’ailleurs telle que même les républicains ne s’en vantent pas. Pour la Révolution cette mort reste aussi une tragédie. Elle ne peut plus être présentée comme « le bon régime » puisqu’elle a permis la Terreur, l’assassinat du Roi et de sa famille, dans des conditions terribles comme ce fut le cas pour Louis XVII, enfant de 10 ans que l’on a laissé mourir. Au-delà de cet aspect historique, la mort du roi, inaugure le processus de désacralisation du pouvoir dont on voit actuellement l’aboutissement avec le désintérêt de plus en plus grand pour la vie politique. Il y a un nombre très important d’abstentionnistes aux élections et une grande coupure entre les citoyens et ceux qui les gouvernent.

Vexilla Galliae : En août dernier, un sondage BVA, largement commenté dans les médias, affirmait que près d’un Français sur cinq (17%, ce qui représenterait 11 millions de personnes !) se disaient favorables à ce que la fonction de Chef de l’Etat soit occupée par un Roi. En outre, le Figaro vous avait réservé une première de couverture et une double-page intérieure en juillet 2015, Paris-Match un article en septembre dernier et l’Obs du 2 mars 2017 vient de vous consacrer un (petit) article mentionnant votre rôle de « sauveur » dans le cas où les Français le désireraient.

A l’heure où notre pays traverse une grave crise institutionnelle, économique, identitaire et sociale, à quelles conditions envisageriez-vous, Monseigneur, d’assumer cette charge pour laquelle vous avez été préparé par votre père, Monseigneur le prince Alphonse, duc de Cadix et duc d’Anjou, si les Français vous appelaient sur le Trône ?

Monseigneur, le prince Louis de Bourbon : Ma première réponse à votre question est qu’il faut être toujours très prudent avec les sondages. Je préfère y voir des tendances que des chiffres. Sachons raison garder et cela s’applique aussi aux articles. Cette prudence était déjà celle de mon Père et je conserve totalement cette approche. Quant à la seconde partie de votre question et aux conclusions que vous voudriez que j’en tire ce n’est pas à moi de fixer des conditions. L’histoire nous enseigne que les restaurations répondent à des critères qui ne sont pas toujours rationnels. Elles viennent de la conjugaison de facteurs tant internes qu’externes. Souvenons-nous de ce qui s’est passé en 1814 et qui aurait été impossible à envisager quatre ou cinq ans auparavant. Pareillement qui aurait pu dire, après 25 ans de guerre froide, que le mur de Berlin s’écroulerait sans qu’une goutte de sang ne vienne ternir cet événement ? Il convient donc de demeurer dans la ligne de conduite qui est celle de ma famille depuis l’exil de 1830. Comme nous l’avons toujours dit, nous sommes les successeurs légitimes d’une tradition qui puise ses racines avec Clovis et s’est poursuivie jusqu’à Charles X. Il appartient aux Français de savoir s’ils veulent renouer avec leur histoire pour affronter l’avenir.

Vexilla Galliae : A chacun de vos déplacements ceux qui viennent afin de vous apercevoir, ou de pouvoir vous parler, sont toujours plus nombreux. Aux yeux des royalistes mais aussi des Français, vous incarnez une immense espérance.

Monseigneur, en cas de restauration de la monarchie, quel type de royauté souhaiteriez-vous incarner ? Une monarchie constitutionnelle, parlementaire, un modèle plus proche de l’héritage du passé ? Ou pensez-vous qu’il sera nécessaire de « réinventer » les institutions pour fonder la monarchie du futur ?

Monseigneur, le prince Louis de Bourbon : Cette question m’est souvent posée, mais elle n’a pas vraiment de sens. La monarchie, en France, n’a jamais été régime de la nostalgie et les règnes ne se ressemblent pas, et heureusement ! Elle s’adapte et se renouvelle pour répondre aux besoins de son temps. Elle a connu plusieurs formes. La monarchie constitutionnelle est celle qui a été la moins longue, une quinzaine d’années. Elle a eu son rôle au lendemain de l’Empire, après la Révolution. Nous ne sommes plus dans le même contexte. La royauté restaurée serait celle qui convient au XXIe siècle. Un nouveau régime à écrire mais fidèle à la tradition, ne serait-ce que sur le point fondamental de l’hérédité. J’imagine mal une royauté élective.

Vexilla Galliae : En 2013, au plus fort des manifestations contre le « mariage pour tous », vous avez rappelé avec force l’importance du « respect des droits fondamentaux de la Famille, cellule de base de toute société constituée selon l’ordre naturel et chrétien ». La Famille est effectivement sacrée et la Famille Royale en est, naturellement, l’étendard. Vous êtes, Monseigneur, avec Madame la duchesse d’Anjou, les heureux parents de trois beaux enfants.

Voudriez-vous, Monseigneur, partager avec nous quelques éléments relatifs aux personnalités de la princesse Eugénie, aînée des Enfants de France, du prince Louis, Dauphin de France, duc de Bourgogne et du prince Alphonse, duc de Berry ?

Monseigneur, le prince Louis de Bourbon : Comme vous le savez je ne veux pas que mes enfants soient surexposés. Ma femme et moi donnons une place importante à leur éducation et à leur formation. Pour pouvoir être un adulte responsable il faut avoir eu, enfant, de bonnes bases. Nous voulons aussi qu’ils aient une éducation équilibrée d’enfants de leur âge. Ils pratiquent des sports car c’est une bonne école de responsabilité et de solidarité. Chaque fois que je rentre d’une cérémonie je leur explique pourquoi j’y suis allé. Mais tout cela doit se faire en tenant compte de leur âge, de leur développement. Ce sont encore des enfants.

Vexilla Galliae : Monseigneur, vous êtes l’Aîné des Capétiens, le Chef de la Maison de Bourbon et dès lors, le légitime successeur de vos ancêtres les rois de France au Trône de France. Votre parole porte forcément en elle la charge historique de votre héritage.

Quel message souhaiteriez-vous adresser personnellement aux Français en cette tumultueuse période où l’avenir de la France se joue ?

Monseigneur, le prince Louis de Bourbon : Déjà depuis un certain temps la France est confrontée à une crise notamment morale. La période électorale accentue sans doute une prise de conscience en particulier sur l’avenir mais le phénomène est plus profond et vient de plus loin. Que veut faire la France de son futur ? Telle est bien la question qui se pose. La France veut-elle renouer avec son histoire prestigieuse qui en a fait durant des siècles et des siècles le miroir et le modèle des nations? La France s’est construite sur des principes hérités à la fois de l’antiquité gréco-romaine et du christianisme. Ainsi elle a su faire la part des choses entre le collectif et l’individuel, entre le commun et le privé et par-dessus tout entre le matériel et le spirituel. Ce dernier lui a toujours permis de s’élever et de donner un sens à la mission civilisatrice qu’elle a portée sur les cinq continents. Actuellement le monde est malade de vision trop matérielle. Il faut savoir retrouver la part du gratuit sans laquelle rien de grand ne s’écrit. La France doit le retrouver pour elle-même d’abord et, ensuite, pour le montrer en exemple aux autres peuples. Nous en revenons toujours à la même interrogation rappelée il y a 20 ans par Saint Jean-Paul II à propos du baptême de Clovis, la France est-elle encore capable de vivre selon les principes qui ont façonné son histoire et ont fait d’elle une grande nation.

Merci, Monseigneur, de nous avoir accordé ces quelques minutes d’entretien.

Nous remercions également le Secrétariat du duc d’Anjou.

Frederic de Natal 

Stéphane Piolenc

Franz de Burgos

Source : Vexilla Galliae

Pèlerinage au couvent franciscain de la Castagnavizza

Pèlerinage de Monseigneur le duc d’Anjou au couvent franciscain de la Castagnavizza et déclaration au sujet de la sépulture de Sa Majesté le Roi Charles X.

Ce samedi 18 février 2017, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jureSa Majesté le Roi Louis XX, s’est rendu en pèlerinage au couvent franciscain de la Castagnavizza (Kostanjevica), dans la crypte duquel reposent les corps de trois de ses prédécesseurs : Leurs Majestés les Rois Charles X, Louis XIX et Henri V, ainsi que les épouses de ces deux derniers, les deux Reines Marie-Thérèse (Marie-Thérèse-Charlotte de France, fille de Louis XVI, et Marie-Thérèse de Modène « comtesse de Chambord »), et la Princesse Louise d’Artois, duchesse consort puis régente des duchés de Parme et de Plaisance.

A cette occasion, Monseigneur le duc d’Anjou, agissant pleinement en tant que Chef de Maison, a publié une déclaration solennelle qui répond aux initiatives privées qui voudraient ramener aujourd’hui en France les corps des Bourbons reposant en ce « Saint-Denis de l’exil ».

En voici le texte, tel qu’il a été publié ce 19 février par son Secrétariat.

Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou,
de jure Sa Majesté le Roi Louis XX,
priant devant la tombe de SMTC le Roi Charles X
dans la crypte du couvent franciscain de la Castagnavizza (Kostanjevica),
ce samedi 18 février 2017.

Déclaration de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon,
de jure
 Sa Majesté le Roi Louis XX,
au sujet de la sépulture du Roi Charles X.

J’ai souhaité solenniser le 180e anniversaire de la mort du Roi Charles X, mort à Gorizia, le 6 novembre 1836, en venant me recueillir sur son tombeau.

Le dernier roi légitime de France est mort en exil et il repose dans le Couvent des Franciscains de la Castagnavizza en Slovénie dans lequel une crypte a été aménagée pour recevoir la dépouille des Bourbons accueillis dans ce qui était alors un territoire de l’Empire Austro-Hongrois.

A plusieurs reprises a été soulevée la question d’un éventuel transfert de la royale dépouille en France pour être placée dans la nécropole de Saint-Denis où reposent presque tous les rois.
Mon Père, lui-même, le Prince Alphonse duc d’Anjou et de Cadix, en venant à Gorizia Nova-Gorica en 1986, avait pu l’évoquer et il s’était rapproché des différentes autorités religieuses et politiques. Le contexte était alors très différent puisque le rideau de fer d’alors faisait qu’à l’exil s’ajoutaient des difficultés de déplacement dans ce qui était la Yougoslavie.
Avec 1989 un double changement est intervenu. Tout d’abord par le décès de mon père, je me trouvais nouveau Chef de la Maison de Bourbon étant âgé à peine de 15 ans. La question Charles X ne pouvait pas être dans les premières que j’avais à résoudre. Ensuite la chute du mur de Berlin puis l’indépendance de la Slovénie, précédant son entrée dans la Communauté européenne, étaient autant d’événements qui modifiaient la donne politique. Il n’était dès lors plus question de transfert des dépouilles des Bourbons puisqu’elles étaient accessibles par tous ceux qui voulaient venir s’y recueillir.

Il y a quelques temps des initiatives privées, associatives, animées sans doute par de louables sentiments, ont ré-ouvert le débat. Initiatives extérieures à la famille de Bourbon même si certains membres ont été approchés et ont parfois montré leur intérêt individuel.
Sollicité, comme aîné et chef de la Maison de Bourbon, et donc premier à pouvoir m’engager, j’étais resté sur une prudente réserve. Il me semblait, en effet, que l’ensemble des questions que pouvait soulever un tel transfert n’était pas vraiment étudié. Il y avait notamment deux grands absents : le Couvent des Franciscains qui depuis cent quatre-vingt ans garde et protège les dépouilles des Bourbons, et d’autre part les Villes de Nova-Gorica et de Gorizia qui, depuis la même époque, sont fidèles à cette page où leur histoire et celle de la France ont été confondues.
La moindre des choses est toujours de rencontrer toutes les parties. Mon voyage est l’occasion de telles rencontres.

Ainsi, bien évidemment, sans préjuger de l‘avenir qui ne nous appartient pas et de circonstances extérieures, actuellement trois arguments vont à l’encontre d’un retour des cendres de Charles X en France :

– Un argument historique. Charles X est mort en exil en 1836 et le Gouvernement alors en place n’a pas cherché à faire revenir sa dépouille, préférant faire revenir celle de l’empereur Napoléon 1er, en décembre 1840…
Ce transfert ne pourrait, en effet, avoir qu’un objectif de réconciliation. Un retour sans ce mobile n’a pas vraiment de sens.
Le rapatriement du corps d’un souverain est un acte national, non celui de quelques nostalgiques. Ajoutons que le retour d’un souverain est, par nature, un acte public qui doit engager le pays au plus haut niveau. La dépouille doit être accompagnée par les armées, le gouvernement en place doit être présent, etc… Seul l’État peut en décider.

– Un argument factuel : la crypte des Bourbons telle qu’elle existe actuellement dans le Couvent de la Castagnavizza n’est pas une sépulture du hasard, même si à l’origine il n’y avait pas de plan clairement défini et si le roi a été déposé dans un caveau déjà existant mis à disposition par une famille princière locale. La volonté d’avoir un lieu de sépulture spécifique et surtout pérenne a été manifestée par le comte de Chambord, Chef de la Maison de Bourbon. Il a souhaité organiser les sépultures de ses proches déjà décédés ainsi que de lui-même et de son épouse. Une crypte a été aménagée à sa demande expresse au début des années 1880 pour recevoir les cercueils. L’emplacement a été spécialement choisi sous le choeur de la chapelle. Cela traduit le souhait d’avoir un second lieu de sépulture officiel autre que Saint-Denis pour marquer l’exil.

La restauration de la royauté en France n’étant pas à l’ordre du jour, le retour des cendres ne peut pas l’être non plus puisque la monarchie est toujours dans une sorte d’exil.

La question n’est donc pas actuelle et admettre le retour serait admettre la fin de l’espoir en une Restauration. Mais elle demeure une question familiale qui est du ressort du Chef de Maison.

– Un argument d’opportunité. À une époque où l’Europe cherche un second souffle, il faut maintenir les symboles forts qui forgent son unité et son identité. Les nécropoles royales en font partie et, en ce sens, la Castagnavizza a toute sa place dans le « réseau » constitué de Westminster, l’Escorial, les Capucins à Wien, et bien évidemment Saint-Denis. À cela s’ajoute le rôle culturel d’une telle nécropole qui renforce les liens entre la France et la Slovénie.

Ainsi compte tenu de tous ces éléments, il ne parait pas souhaitable d’envisager actuellement un quelconque transfert d’un ou plusieurs cercueils reposant dans le couvent des Franciscains de Nova-Gorica.

Que saint Louis et saint François veillent sur les Bourbons.

Fait à Nova-Gorica-Gorizia, le 19 février 2017

Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou

Crypte du couvent de la Castagnavizza
dans laquelle reposent, dans l’attente de la résurrection,
LL.MM.TT.CC. les Rois Charles X, Louis XIX et Henri V,
et les deux Reines Marie-Thérèse, épouses de ces deux derniers,
ainsi que la Princesse Louise d’Artois, duchesse consort puis régente de Parme et de Plaisance.

 

Allocution de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon

Réception à la suite de la Messe pour le Roi Louis XVI


Saint-Denis
Samedi 21 janvier 2017

Allocution de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou

Madame la Surintendante,
Messieurs les abbés,
Mesdames et Messieurs les Élus
Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Chers Amis,

Une nouvelle fois nous nous retrouvons, la Princesse et moi-même parmi vous, à l’occasion de l’anniversaire de la mort du roi Louis XVI que nous avons, tous, à coeur de commémorer chaque année.
Cette cérémonie est bien plus qu’un hommage rendu au roi martyr. Pouvoir nous réunir aujourd’hui dans ce haut-lieu qu’est l’ancienne abbatiale devenue Maison d’éducation de la Légion d’Honneur, donne un relief tout particulier à cette rencontre maintenant traditionnelle entre la France et son histoire.

Ainsi, qu’il me soit permis en tout premier lieu, de remercier les autorités. J’adresse toute ma gratitude aux autorités religieuses, à son excellence l’Évêque de Seine-Saint-Denis et au Recteur de la Basilique qui ont autorisé le Mémorial de France à faire célébrer cette messe dont le roi Louis XVIII avait souhaité qu’elle soit perpétuelle. Comme chef de Maison j’apprécie que cette célébration n’ait jamais été remise en cause. Je félicite le Mémorial de France à Saint-Denys d’avoir perpétué cette cérémonie, depuis un peu plus d’un siècle maintenant, quand elle est devenue privée. Après mon grand-père, après mon père, je suis très heureux de pouvoir régulièrement rappeler l’intérêt que porte le successeur légitime des Rois de France au maintien de ce devoir de mémoire et de piété vis-à-vis du roi martyr.

J’adresse à Monsieur le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur des remerciements tout particuliers, à travers vous Madame la Surintendante qu’il a chargé de le représenter. Il a permis pour cet événement historique et commémoratif, que l’ensemble de l’ancienne abbatiale retrouve son unité. L’église et les bâtiments de l’abbaye réunis. Pour un moment, l’histoire et le présent se retrouvent. J’y vois plus qu’un symbole dans ce lieu voué désormais au présent puisqu’il est un des plus prestigieux établissements d’enseignement de France. Avec les jeunes filles qui y suivent leurs études, la Maison d’éducation de la Légion d’Honneur poursuit l’œuvre de transmission du savoir. Transmission si nécessaire puisqu’elle donne à chaque génération les fondements non seulement des connaissances mais aussi ceux du devoir et des valeurs qu’incarne le premier Ordre de la nation.

Être ici en ce 21 janvier 2017, permet donc à la fois de se souvenir tout en pensant à l’avenir. En ce sens histoire et éducation sont intimement liées et j’aime à le dire dans cette institution où ces mots prennent tout leur sens. Former et éduquer n’est-ce pas le devoir auquel tous les parents sont attachés, comme la Princesse et moi-même, nous le sommes pour nos trois enfants. L’héritage et la transmission donnent les bases solides sur lesquelles l’avenir peut se construire. Non pas un avenir d’utopies et d’idéalisme, mais un avenir ancré dans le réel et alimenté par les racines de la tradition. Toute famille désire léguer à ses enfants un héritage moral et matériel, vivant, travaillé, amélioré. Quant aux enfants ils sont fiers de leurs parents et du travail accompli par eux. Voilà ce qui fait une société saine et unie, et pleine d’espérance pour l’avenir.

Les perspectives d’un avenir meilleur demeurent la première préoccupation des parents et des éducateurs. Ainsi il ne faut pas avoir de nostalgie pour le passé, mais chaque jour, se demander comment avec l’héritage reçu, comment avec les racines qui sont les nôtres, nous pouvons écrire de nouvelles pages à l’histoire de France et apporter notre pierre à l’édifice soit pour bâtir, soit pour consolider, soit pour supporter les périodes difficiles.
Louis XVI dans son Testament appelle à cet espoir renouvelé. Son exemple doit nous aider à nous surpasser.

Voilà ce que je voulais vous transmettre en ce début d’année, avec les vœux que la Princesse et moi-même pouvons adresser à vous tous, à vos familles et à tous les éducateurs.

Puisse Saint Louis qui repose avec tous les rois dans cette nécropole continuer à veiller sur la France pour qu’elle demeure fidèle aux promesses de son baptême et aux valeurs de justice et de paix qui ont fait d’elle, au long des siècles, un modèle pour les nations.

Merci de m’avoir écouté.

Louis, duc d’Anjou

Louis XX et Madame en la Basilique Royale de Saint-Denys

Publié dans Vie des royalistes, le dimanche 22 janvier 2017 par Franz de Burgos

Arrivés vers 11h15 sur le parvis de la Basilique Royale de Saint-Denys, Dominique Hamel, Frédéric de Natal, Claire Lyautey, Pierre du Landreau et votre serviteur en admirons la façade rénovée, resplendissante d’un soleil hivernal bienvenu. Nous avons plaisir à voir converger vers les porches latéraux de la façade un grand nombre de personnes, âmes fidèles au souvenir de Louis XVI, Roi de France martyr de la révolution.

Midi arrive et nous rentrons. Nous découvrons alors les deux rangées de la nef centrale comble, du premier au dernier rang et de nombreuses personnes debout dans le narthex et les collatéraux, faute d’être arrivées suffisamment à temps pour trouver une place assise ! Quand l’on songe que cette nef fut reconstruite au XIIIème siècle sous la bienheureuse impulsion de trois personnalités d’exception : le jeune Roi Louis IX, Blanche de Castille, sa mère et régente et l’abbé de Saint-Denis, Eudes Clément. Aux Cieux, par-delà les siècles qui sont un instant dans l’atemporalité de la vie éternelle, ces trois excellentes âmes ont pu assister à la messe de requiem donnée, à l’ombre des voûtes qu’elles édifièrent du temps de leur incarnation, en souvenir de la mort de leur malheureux fils Louis XVI, en présence de leur bienaimé fils Louis XX ! Dieu, toujours, maintient le droit !

Je passe dans le collatéral droit, fermé au public par une grille de fer forgé, afin de pouvoir tout observer pour tout vous relater ! En avant du premier rang, le duc et la duchesse d’Anjou se tiennent au pied des marches du Chœur sur deux fauteuils de bois doré garnis de velours cramoisi devancés de deux prie-Dieu garnis de même. Au premier rang sont assis le prince Henri de Bauffremont, Président du Mémorial de France à Saint-Denys, le prince Hugues de Bauffremont, représentant son père le prince Charles-Emmanuel de Bauffremont, Président de l’Institut de la Maison de Bourbon et le comte Thierry de Beaumont-Beynac, Président de l’Ordre de Malte pour la France et vice-président de l’Institut de la Maison de Bourbon.

La procession cléricale dit les prières au bas de l’Autel et gravit les marches du Chœur. Je me réjouis d’y voir le père Augustin PIC, âme fidèle, chapelain de Monseigneur le duc d’Anjou. Respectant le rituel tridentin, nous avons le plaisir de retrouver les clercs en soutanes noires à surplis de lin blanc à dentelle et chasubles ou dalmatiques en velours noir rebrodées de filets et rinceaux feuillagés en fils d’argent. L’Autel est aussi couvert d’une nappe de velours noir rebrodé d’argent et le saint office de la Messe s’effectue tourné vers le crucifix encore présent du Maître-Autel disparu… Une magnifique chorale, placée dans le surplomb du Chœur, entonne les chants et nous transporte, par son harmonie angélique, aux plus hautes élévations de la prière.

Vient alors le temps de la Parole et le père VIOT nous donne à entendre une homélie remarquable, véritable plaidoirie des droits légitimes que Louis XX, Aîné des Capétiens et, dès lors, Chef de la Maison Royale de France, a hérité, à la mort de son père, par la vertu du droit monarchique français inscrit dans les Lois Fondamentales du Royaume de France ! Cet excellent abbé nous rappelle à cet effet la lettre que Louis XVI envoya à son oncle Charles IV, aîné des Bourbon-Anjou et Roi des Espagnes, dans laquelle il reconnaissait explicitement ce dernier comme, je cite le Roi : « Chef de la seconde branche », conservant pour son usage personnel le titre de « Chef de la première branche » ! Louis XVI rappelant ainsi expressément la transmission naturelle des droits à la Couronne de France aux Bourbon-Anjou qu’ordonnerait le droit monarchique français s’il advenait que la Providence éteignît sa branche ! Quelle plus éclatante mise en évidence de la légitimité de notre Roi Louis XX pouvait nous donner l’abbé VIOT, que celle qu’il nous transmit de la main même du Roi-Martyr ?

Le duc et la duchesse d’Anjou, à l’instar de toute l’assemblée, le visage fixé vers l’orateur, écoutèrent, captivés, cette admirable démonstration !

Nous en arrivons bientôt à la Sainte Communion, instant paroxystique et infiniment mystérieux de la Sainte Messe. Monseigneur le duc d’Anjou et Madame la duchesse d’Anjou s’agenouillent en prières, les mains jointes, sur leur prie-Dieu et, selon l’usage ancien respectant l’hommage dû à la majesté royale, reçoivent, ainsi prosternés, le Corps du Christ que leur apporte l’officiant. Ce dernier retourne dans le Chœur et la procession de communion se prolonge un long moment, tant la foule emplissant la Basilique se gêne pour parvenir au banc de communion situé au pied des marches de l’Autel…

L’officiant prononce la bénédiction d’envoi et le collège clérical, le duc et la duchesse d’Anjou et toute l’assemblée descendent dans la Crypte des Bourbon où reposent, depuis 1815, les corps de la Famille Royale suppliciée. Les tombeaux de marbre noir sont encensés, la chorale entonne une prière pour le repos des âmes des augustes victimes et chacun les bénit en faisant le signe de Croix à l’aide d’un goupillon.

Nous nous dirigeons maintenant vers le réfectoire de l’actuelle Maison de l’éducation de la Légion d’Honneur. Nous longeons pour ce faire deux côtés du vaste cloître de l’ancienne abbaye de Saint-Denis édifiée sous Louis XIV par Jules Hardouin-Mansart. Les espaces sont à la mesure du Roi-Soleil : chaque côté du cloître doit approcher des quatre-vingt mètres, sur six ou sept mètres de large, couvert d’une voûte en berceau haute de six ou sept mètres également, éclairé de hautes baies à petits carreaux donnant sur un jardin intérieur décoré d’une dentelle de buis taillés ! Le réfectoire est vaste et vingt tables rectangulaires de dix couverts, couvertes de leurs épais plateaux de marbre rouge royal, nous attendent.

Le duc d’Anjou prononce à ce moment le magnifique discours évoquant le trésor que représente l’éducation des enfants pour les parents, que vous pourrez retrouver sur Vexilla Galliae. Un tonnerre d’applaudissements salue cette belle réflexion et, tandis que la « Table Royale » est servie, le reste des convives se dirige vers le buffet qui les attend.

Comme toujours, ces tablées sont la source de rencontres amicales, de discussions enrichissantes. Elles ont pour principal effet de renforcer la trame de cette étoffe de fidélité que nous tissons sans discontinuer depuis la grande catastrophe, à la suite de nos aînés, en attendant le jour béni où nous ou nos successeurs pourrons la remettre, plus résistante que jamais, sur les épaules du Roi de France !