225 ans après Louis XVI, ils espèrent le retour du roi

225 ans après Louis XVI, ils espèrent

le retour du roi

 

Dimanche 21/01/2018 à 17H02

Pour 39 % des Français, la monarchie est un gage de stabilité et d’unité

 

Pour Félix Thévot, la monarchie est le régime qui convient le mieux à la France.

PHOTO STÉPHANE ROSSI

 Pour les royalistes de France, ce dimanche est un jour de deuil. Le 21 janvier 1793, Louis XVI était décapité à Paris. Un « anniversaire » commémoré par des messes dans l’ensemble du pays et notamment en Provence (1). À Marseille, elle aura lieu en la basilique du Sacré-Coeur. Parmi les personnes qui y assisteront, des nostalgiques de l’Ancien Régime. Mais pas que. Pour d’autres, comme Félix Thévot, pas question de nostalgie quand on évoque la monarchie. Pour lui, bien au contraire, la monarchie est une idée moderne et promise à un réel avenir dans un pays troublé et face à une République affaiblie. « Pour moi, la monarchie est le régime naturel car calqué sur la famille. Elle assure la continuité de génération en génération alors que la République est sujette à de multiples changements. L’ensemble du peuple peut se retrouver dans son roi en cas de crise majeure. Le peut-il dans un président de la République ?« 

Pour lui, démocratie et monarchie ne sont pas antinomiques. « Quoi de plus démocratique que les sociétés scandinaves ? Elles ont pourtant deux rois (Suède et Norvège) et une reine (Danemark) à leur tête. » Et de plaider en faveur « d’une monarchie constitutionnelle » : « Les élections peuvent modifier les assemblées, désigner des gouvernements. Le roi, parce qu’il a une vision a beaucoup plus long terme que les politiques soumis à des élections, peut les guider, les conseiller, les mettre en garde à la manière de la reine d’Angleterre. De plus, il sait que son action sera poursuivie par son héritier.« 

Même s’il a « toujours été royaliste« , Félix Thévot, un ancien huissier à la retraite membre de l’Institut de la Maison de Bourbon est réaliste. Difficile en l’état actuel des choses d’imaginer un retour sur le trône du prince Louis de Bourbon (« Louis XX ») dans un futur proche. « Le plus difficile sera de convaincre les Français, qui n’ont jamais connu la monarchie et ont été éduqués à la République du bien fondé d’une restauration. » Pour autant, confie-t-il, « quand je parle de ce sujet, je ne sens autour de moi aucune hostilité, mais un réel intérêt. Les gens me paraissent plus demandeurs d’informations qu’il y a quelques années.« 

Une impression que deux sondages semblent confirmer. Selon BVA datant d’août 2016, 39 % des Français estiment que la présence d’un roi au sommet de l’État serait positive pour l’unité nationale, ébranlée après les attentats islamistes, et la stabilité du gouvernement (37 %), contre 23 % en 2007. 31 % des Français pensent aussi qu’un roi donnerait une meilleure image du pays qu’un président (24 % en 2007). Sans surprise, le clivage sur la question d’une restauration est aussi important entre personnes de droite et de gauche.

Que les partisans de la République ne soient pas trop inquiets : seuls 17 % de nos compatriotes sont réellement favorables au retour du roi. Un chiffre qui n’a pas évolué depuis 2007.

 

http://www.laprovence.com/article/papier/4799887/225-ans-apres-louis-xvi-ils-esperent-le-retour-du-roi.html

Charles IX et le muguet du 1er mai

Charles-IXSacré Charles IX. Si l’enfant roi avait couché ses souvenirs de jeune souverain sur un parchemin, la tradition du muguet du 1 er mai serait établie une bonne fois pour toutes. Or là, l’histoire (ou la légende) a une version couramment admise mais aussi une ribambelle de variantes à y faire perdre son latin à plus d’un Médicis. Lire la suite…