Rois de France en visite à Lyon

LES ROIS A LYON

Depuis le Moyen-Age, Lyon est une principauté ecclésiastique, dépendant du Saint Empire Romain Germanique, où l’archevêque et le Chapitre de Saint Jean, ont tout pouvoir, souveraineté accordée par l’empereur Frédéric Ier, par la Bulle d’Or.

Mais le patriciat lyonnais, marchands, et hommes de loi.. veulent eux aussi avoir des pouvoirs sur le Comté, ces bourgeois obtiendront gain de cause, sous le Roi Philippe III en 1271, douze bourgeois furent chargés de l’administration de la Ville, puis en 1312 grâce à Philippe le Bel qui s’alliera à eux, ils forceront les ecclésiastiques à partager le pouvoir. Ceux-ci conserveront le droit de justice; et le patriciat assurera la gestion de la la Ville, sa protection et l’organisation de la vie publique. C’est Pierre de Savoie  qui délivra cette charte, scellée au château de Pierre Scize forteresse de l’archevêque, et qui prit le nom de la Charte Sapaudine de Sapaudia (en latin : la Savoie) le 21 juin 1320 , ce fut la fin de la domination des archevêques.

Ce consulat est constitué de 12 consuls (ou échevins), auquel le Roi Charles VII accorda en 1495 le privilège de la noblesse . En 1595 Sous Henri IV, (l’Edit de Chauny), le consulat était composé de seulement 4 échevins et un Prévôt des marchands, élu par les assemblée des maîtres de métier. Ce consulat fut conservé jusqu’en 1789.

Liste des prévosts des marchands de Lyon

Avant d’en venir au sujet lui-même, rappelons que toutes les Villes de France qui accueillaient leur souverain, établissaient un programme de festivités offrant des tableaux historiques, allégoriques, des arcs de triomphe, des façades postiches, des chars à l’antiques, des joutes aquatiques, des éloges; des illuminations et tout un spectacle englobant la Ville entière, où le peuple n’était pas oublié, avec ses fontaines de vin. Le réel et l’irréel époustouflaient le spectateur par des décors aux thèmes variés.

Ces fêtes de divertissement en tout genre portèrent le nom de  » Fête de l’Entrée du Roi » ou les  » Entrées royales », dont certaines furent mémorables, dont notamment les festivités de 1581 au cours desquelles fut dansé le Ballet comique connu ensuite dans toute l’Europe  » du théâtre à l’état de cristal ».

 

PHILIPPE II AUGUSTE

(21.08.1165 – 14.07.1223) Roi de 1180 à 1223

Inhumé à St Denis_Philippe-Auguste_Roi_de_France_(1165-1223)

passa à Lyon avec le Roi d’Angleterre Richard 1er en Juillet 1190

LYON était alors terre de l’Empire germanique, la seule anecdote connue de son passage, fut la destruction du seul pont en bois existant à l’époque, situé en prolongement de la Rue Confort, qui ne résista pas au passage des troupes, il y eu de nombreux morts, et la perte de chariots et de bagages..

LOUIS son fils  (5.09.1187- 8.11.1226) Roi de 1223 à 1226 Inhumé à St Denis

200px-Louis8lelion

s’arrêta à Lyon le 19.04.1215 en partance pour le midi afin de combattre les Cathares, à l’appel du pape Innocent III ( pape du 8.07.1198 jusqu’à sa mort le 16.07.1216)

En Mai 1226, il reviendra sur Lyon pour combattre les Albigeois, en tant que roi, Louis VIII

Il séjourna alors au monastère de Saint Just

 

LOUIS IX  ou SAINT LOUIS

(25.04.1214 – 25.08.1270 mort à Tunis Inhumé à St Denis
Roi de 1226 à 1270

Louis IX

Passe à Lyon en juin 1248 c’est la route pour aller en terre sainte (8ème croisade) il sera fait prisonnier  puis , il décédera en mars 1270 à Tunis.

 

PHILIPPE III

( 01.05.1245 – 5.10.1285) Roi de 1270 à 1285 Inhumé à St Denis
son fils ramène ses ossements et passe par LYON en avril 1271

 PHILIPPE III

 

PHILIPPE IV LE BEL

(Juin 1268 – 29.11.1314) Roi de 1285 à 1314 Inhumé à St Denis
Philippe_III

Le 15.11.1305 il sera présent à la cérémonie d’investiture du nouveau pape Clément V archevêque de Bordeaux Bertrand de Got, fut le 1er pape qui séjourna en Avignon où il resta durant tout son pontificat. Il était de coutume que le peuple assiste au couronnement du nouveau pape, les lyonnais, très nombreux pour ne pas manquer l’événement se pressèrent sur le lieu du cortège, certains montèrent sur le mur de l’ancienne enceinte romaine de la ville qui ne résista sous le poids de la charge et s’écroula. On déplora des morts dont le frère du Pape, et le Duc de Bretagne. La tiare papale tomba par terre, le précieux rubis qui l’ornait disparu …. il ne fut jamais retrouvé.

PHILIPPE IV LE BEL fera aussi une entrée solennelle à Lyon le 13 Mars 1311.

En Mars 1312 Lyon est rattaché au Royaume de  France. 

En Avril 1312 l’ordre du temple sera supprimé.

En 1316, le roi impose le site de Lyon pour l’élection et le couronnement du pape Jean XXII.

En 1320 , l’archevêque de Lyon récupère le droit de justice, mais doit accorder aux Bourgeois lyonnais la charte dite «  de la Sapaudine ou sabaudine » qui établit un consulat.

 

CHARLES VI

(3.12.1368 – 21.20.1422) Roi de 1380 à 1422 Inhumé à St Denis
Visite sur Lyon le 24.10.1389

Charles VI, King of France - portrait

Arriva par la porte de Vaise au lieu de passer par la porte principale de BOURGNEUF

Il fût mené au cloître de St Jean pour séjourner au Palais de l’Archevêché.

Des dépenses importantes sont engagées lors de la venue des rois, nettoyage des rues

Sécurisation, fleurissement, fêtes et réjouissances en tout genre et cadeaux : on lui offrit 6 douzaines de coupes d’argent émaillées à ses armes , ainsi que six pots en argent.

Pour remercier la Ville de Lyon, le roi transféra la fabrication des monnaies de Mâcon à Lyon.

 Visite Lyon le 19.06.1434

On lui fit cadeau de 6 torches pour ses nuits, 50 livres d’épices pour ses plats et 300 mesures d’avoine pour sa cavalerie Le Maître d’Hôtel Hugues de Noyers connaissant les coutumes, proposa d’apporter un échantillon de tous ces présents au roi, ce qui fut fait, heureusement car dès que le roi eut remercié pour ses cadeaux, ses gens firent main basse sur toutes les victuailles.

 

LOUIS XI

(3.07.1423 / 30.08.1483) Roi de 1461 à 1483 Inhumé à Notre Dame de Cléry
Visite Lyon le 23.03.1476 (pour la 3ème fois il était déjà venu en 1462)

Louis_XI_of_France

Le Roi permis la création de 4 foires annuelles de 15 jours, libres de taxes, ce qui augmenta considérablement la renommée de la ville. Les paiements des marchandises se feront pas lettres de change créées en Italie à la fin du XIIIème siècle, d’où le nom de la « Place du Change », qui devint le lieu de la finance lyonnaise.

lettre patente lous IX

Ci-dessus photo de la lettre patente du Roi Louis XI autorisant les foires à Lyon. Il s’agit d’un parchemin avec un sceau de cire verte répercutant le Roi de France en majesté sur lacs de soie rouges et vertes

Le Roi entra par le Pont du Rhône, dîna à la Guillotière en l’Hôtel d’ Etienne TAVERNIER, puis se rendit ensuite à la Primatiale St Jean.

Beaucoup de dépenses furent engagées notamment, la construction d’un monument devant la porte de Bourgneuf, « Un Lion accompagné de 2 pucelles de chaque côté, qui présentaient les Clefs de la Ville »  et un grand Saint Michel en armure.

Les lyonnais en compensation des dépenses avancées demandèrent des contreparties au roi :

* liberté et privilèges pour eux, pour les 4 foires

* liberté des monnaies de toutes espèces

* conservation des droits de péage sur le sel, vin , farines…

Mais louis XI leur dit :

«  J’ai à peine la couronne sur le chef et vous voulez beaux messires me faire aussi gueux que le dernier des boutiquiers de vos ruelles. Je pourrais vous accorder des foires, mais que ferez-vous pour moi qui porte des habits de velours qui n’ont point trop d’éclat tant ils sont usagés ?. Comprenez votre roi qui se voit de partout assailli de demandes. Dans cette bonne ville de Lyon, je suis sans argent et demain il me faut envoyer un ambassadeur en Catalogue . Faites en sorte doux et riches messires que le bailli de Viennois, mon maître d’hôtel n’y paraisse pas en piteux état « 

Après un tel discours, et tant de pauvreté royale révélée, les lyonnais mirent encore la main au porte monnaie et se laissèrent délester de 500 écus d’or.

Lyon va prendre au fil des siècles de plus en plus d’importance dans l’imprimerie, en 1473 Barthélemy BUYER s’installe Rue Mercière avec des typographes et en 1519 les imprimeurs et les libraires constitueront la Grande Compagnie des Libraires.

Il reviendra en 1477

et lors de son passage dans notre Ville, il tombera amoureux d’une lyonnaise de 18 ans, alors qu’il en avait 54 ans, c’était la nièce de messire Antoine le Bourcier, Bailli de Vienne.

Louis IX essaie de développer le tissage de la soie à LYON, pour faire concurrence à l’Italie qui en avait le monopole, production qui devant les réticences premières des lyonnais commença à Tours, avant de revenir dans notre ville par la suite.

 

CHARLES VIII

(30.06.1470 – 07.04.1498) Roi de 1483 – 1498
Visite Lyon le 6.03.1494 à 24 ans puis le 15.03.1494 accompagné de sa femme Anne de Bretagne âgée de 15 ans  

Charles VIII

Lyon va frapper une médaille avec les portraits du roi et de la reine sur l’avers et le revers, innovation apparemment une première pour l’époque, la cour va s’installer à Lyon pendant plus de 5 mois auront lieu de nombreuses festivités, des jeux .. combats navals sur la Saône, le roi partira pour l’Italie, pour faire valoir ses droits à la couronne de Naples, mais il reviendra  bredouille. 

Et le 7.11.1495, Il entrera par la porte du pont du Rhône ( pont de la Guillotière)

Seul pont de 500 m de long jusqu’au XVIIIème siècle il comprenait 20 arches

De la campagne d’Italie,  les troupes royales françaises ramèneront le  « mal italien » maladies vénériennes qui seront soignées à l’Hôpital du Pont du Rhône (à la place de l’Hôtel Dieu)

Le Roi aimait Lyon non seulement pour ses tournois (de la rue Grenette, de la Place des Cordeliers et de la rue Juiverie) mais aussi pour la beauté des lyonnaises.

C’est à Lyon, que BAYARD le chevalier « sans peur et sans reproche » fit ses débuts dans les tournois.  Il affronta le Chevalier de Vaudray, vainqueur de plus de 100 tournois, et grâce à son jeune âge 16 ans , il réussit à désarçonner son adversaire et lui briser sa lance. Ce fut le début de ses exploits,

Charles VIII accorde aux bourgeois en 1495 le privilège de la noblesse pour les membres du consulat.

LOUIS XII

(27.06.1462 – 01.01.1515) Père du Peuple  Roi de 1498 à 1515
EPOUSE ANNE DE BRETAGNE VEUVE DE CHARLES VIII 8.01.1499

 Louis XII

Il séjournera de nombreuses fois à Lyon, 1499/1500/1502/1503/1505 1507/1509/1511

Visite Lyon le 17.07.1507, de retour de Gênes, pour son arrivée les rues de Lyon étaient pavoisées de ses couleurs, des théâtres avaient été édifiés le long de son parcours, un au pont du Rhône, un rue Grenette, un en l’Herberie et un au Change, comme divertissement et en hommage au Roi.

Il fit campagne en Italie, car il voulait récupérer le  duché de Milan, héritage de sa grand-mère Valentine Visconti, fille du Duc de Milan.

En 1501, il fut le témoin de l’incendie qui détruisit presque entièrement le Monastère des Célestins, à l’exception de l’Eglise, et où miraculeusement les religieux purent être sauvés des flammes.

FRANCOIS 1er

(12.09.1494 – 31.03.1547) Roi de 1515 à 1547 Inhumé à St Denis
Mariage en 1514 avec Claude de France (décédée en 1524)

Mariage en 1530 avec Eléonore de Habsbourg (décédée en 1547)

François 1er

Visite Lyon le 12.07.1515 (le roi a 21 ans) avec son épouse Claude et sa mère la Duchesse d’Angoulème

Puis il fit de nombreux séjours à Lyon 1516 – 1522 – 23 – 33 – 35 – 1536 -1537 – 1539

où il vécut régulièrement avec sa cour, car depuis 1494, les rois de France mênent la guerre avec l’Italie et Lyon devient le lieu de départ des expéditions militaires.

Au début du XVI ème siècle, Lyon était déjà la seconde ville du royaume.

L’industrie de la soie se développe rapidement grâce au Roi qui fait venir d’Italie des ouvriers qui apportent ainsi toutes leurs connaissances dans le tissage , sans toutefois rivaliser avec les étoffes précieuses qui resteront jusqu’à la fin du XVIème siècle le domaine des Italiens.

L’imprimerie également va se développer rapidement, de 12 ateliers en 1480, la ville passe à 100 au milieu du XVI ème siècle. En 1520, certains libraires s’associent et créent La Grande Compagnie des Libraires qui lance des éditions de droit canon et de droit civil.

Entre 1530 et 1560, six grandes maisons de librairies dominent l’imprimerie lyonnaise dont la plus célèbre est celle de Guillaume Rouillé.

Grâce aux foires ; beaucoup de banquiers s’installent à Lyon, les rois de France allant guerroyer en Italie ont besoin d’argent. 75 banques italiennes seront présentes en 1568, 21 seulement subsisteront en 1597, suite à un effondrement général du aux guerres de religion..

Pour revenir à la visite du roi de Juillet 1515, sa mère et son épouse furent logées dans le cloître de St Just et le Roi dans la plus belle maison de la Ville: 8 rue Juiverie, chez Monsieur Claude PATERIN, archichancelier du Duc de Milan et Président du Parlement de Bourgogne. Le malheur voulut que le Roi fut séduit par la jeune épouse de son Hôte quinquagénaire, Bérangère de Forcalquier. Durant tout le séjour du roi,  des amours illicites s’instaurèrent entre les 2 personnes, au grand dam du mari, qui n’hésita pas une fois le Roi parti à tuer sa femme de plusieurs coups de poignard, et laissant tous ses biens, partit rejoindre sa Bourgogne natale, ou il mourut de la peste en 1522,

Ce sont ces neveux héritiers de l’Hôtel de la Rue Juiverie qui firent la macabre découverte d’un corps qui portait encore au doigt, « une bague de rubis et diamants entre lesquels s’entremêlaient des salamandres »  avec cette devise : « Adez, et toujours »

Immeuble du 8 rue Juiverie LYON

8 rue Juiverie

Comme son prédécesseur, il part en campagne en Italie de 1515 à 1529,et laisse la régence à sa mère Louise de Savoie, qui y séjournera jusqu’à la libération de son fils en février 1526

François 1er accorde le privilège de la fabrication des étoffes d’or, d’argent et de soie, en 1536 à Etienne TURQUET, le succès est immédiat et immense, lors de la visite d’Henri II en 1548, 459 maîtres de métiers défilent, 800 à 1000 personnes vivent de la soie à cette époque à Lyon.

 

HENRI II

(31.03.1519 – 10.07.1559) 2ème fils de François 1er, le dauphin François étant décédé 10.08.1536

Roi de 1547 à 1559

Inhumé à St Denis

Mariage en 1533 avec Catherine de Médicis (1519 /1589)

Henry_II_of_France.

Visite Lyon le 23.09.1548 avec son épouse Catherine de Médicis et jusqu’au 1.10.1548

Il sera accompagné également de sa maîtresse Diane de Poitiers

Les cérémonies furent mémorables, tous les lyonnais s’étaient déplacés, le Gouverneur Jacques d’Albon, la noblesse, le Cardinal de FERRARE, archevêque de Lyon, suivi des Comtes de la Primatiale, le Capitaine des Pennons, suivi de 338 arquebusiers, et de toutes les corporations, dont notamment 416 teinturiers, 412 apprentis , 310 fondeurs, 306 cartiers, 256 chapeliers, 292 maçons, 196 pelletiers, 172 cordonniers, 226 orfèvres, 413 imprimeurs, plus les délégations des corporations de commerçants des cinq nations étrangères : Lucquois, Florentins, Milanais et les Allemands, et un corps de cavalerie, auquel appartenaient les bourgeois de Lyon.

Les festivités se terminèrent pas un combat naval sur la Saône, une flotte au Port d’Ainay et une autre au Pont de Pierre, devant le Roi Henri II et sa suite installés dans des gondoles vis à vis du Couvent des Célestins.

Le 1er Octobre le roi et la reine reprirent leur route pour Fontainebleau, non sans que sa Majesté toucha les malades.

 

CHARLES IX

(27.06.1550 – 30.05.1574) Roi de 1560 à 1574
Mariage le 27.11.1570 avec Elisabeth d’Autriche

Portrait-de-Charles-IX--1561-1574--par-Francois-Clouet--Mu

 

Visite Lyon le 13.06.1564

Le roi resta 20 jours à Lyon, la peste qui était présente en Ville l’obligea à partir vers le Dauphiné

24.06.1564 Par un décret daté de Lyon, «  le Roi interdit la religion réformée dans les lieux de résidence royale »

On sait qu’il fit un certain nombre de déplacements dans la région notamment au Château de Beauregard à St Genis Laval

Il renouvela l’édit de janvier 1563, «  voulons et ordonnons qu’en tous actes, registres, instruments, contrats et autres, l’année commence dorénavant et soit comptée au 1er jour de janvier ».

 

HENRI III

(19.09.1551 – 2.08.1589 assassiné) Roi 1574 à 1589 Inhumé à St Denis

Henry_III_de_Valois

Mariage avec Louise de Lorraine Vaudémont

Visite Lyon le 06.09.1574

La charge donnée en 1563 par Charles IX de Capitaine des portes de la Ville de Lyon, fut supprimée et les clés détenues dorénavant par les Échevins de la Ville de Lyon.

 

HENRI IV

(13.12.1553 – 14.05.1610 assassiné ) Roi de 1572 à 1610 Inhumé à St Denis
ben0168

Mariage avec Marguerite de France

Visite Lyon du 04.09.1595 au 24.09.1595

Dès le 3 août sa maîtresse Gabrielle d’Estrée arriva à Lyon

Les guerres de religion sévissent entre Catholiques et Protestants. Henri III sans enfant va passer la couronne à son cousin éloigné, roi de Navarre et chef du parti protestant.

La Ville s’opposa pendant longtemps au pouvoir en place, et prit le parti de la ligue catholique en se liant au Duc de Guise, assassiné sous l’ordre du Roi Henri III fin 1588 et ce n’est que le 7 Février 1594 que Lyon acceptera de se soumettre à l’autorité royale.

L’édit de reddition est signé en Mai 1594, le culte protestant est banni à Lyon. Aussi le 4.09.1595, le roi Henri IV vint à Lyon pour recevoir l’allégeance de la Ville. Il nomma d’ailleurs son fils âgé d’un an, Duc de Vendôme Gouverneur montrant ainsi son attachement personnel à la Ville.

A noter que Lyon fut la 1ère Ville de France à reconnaître comme roi, Henri IV protestant, fraîchement converti au catholicisme.

Noces à Lyon 3/12/1600 entre Henri IV et Marie de Medicis

Henri IV et Marie de Médicis LYON

Le Roi arriva le 9.12.1600

De tout temps, lors de la venue d’un roi et de sa suite, les rues étaient nettoyées, on y répandait du sable, les maisons étaient décorées, ordre aussi était donné de mettre de la lumière aux fenêtres, des flambeaux devaient être allumés dans les maisons notamment au rez de chaussée, et dans les boutiques afin d’assurer un minimum d’ éclairage au passage du cortège

entrées royales photos

Les anagrammes étaient la folie du moment, dont notamment ceux courus de André de Rossant, faiseur d’anagrammes,  « Mira ami ca Dei : Dame ici désirée, en parlant de la nouvelle Reine.

 

En 1601, après la guerre franco-savoyarde, le traité de Lyon établit un échange territorial entre Henri IV et Charles-Emmanuel Ierduc de Savoie : le duc céda à la France les territoires de la Bresse  du Bugey et en plus les pays de Gex et de Valromey, depuis plusieurs siècles possession du Duché de Savoie, après avoir été ceux du marquisat de Saluces, situé en territoire italien.

En décembre 1599, il obtient l’annulation de son mariage avec la reine Marguerite, et épouse, à la Primatiale Saint-Jean de Lyon, le 17 décembre 1600Marie de Médicis, fille de François Ier de Médicis et de Jeanne d’Autriche, nièce de Ferdinand Ier, grand-duc de Toscane alors régnant. La naissance d’un dauphin l’année suivante assure l’avenir de la dynastie des Bourbons. Au fil du temps des liens se formèrent entre la Ville de Lyon et leur souverain, et ils purent obtenir certains privilèges.

Henri IV va autoriser l’élevage du ver à soie à Lyon (la sériciculture), Olivier de Serres, seigneur de Pradel et agronome incita le roi à développer cette industrie et par un édit interdit l’entrée de soie étrangère en 1606. Des mûriers sont plantés jusque dans le jardin des Tuileries, et plus de quatre millions en Provence et en Languedoc.

 

LOUIS XIII

(27.09.1601 / 14.05.1643 ) Roi 1610 à 1643 Inhumé à St Denis.
Visite Lyon en 1630

Louis XIII

La Reine Mère, Marie de Medicis arriva le 3.09.1622, par la porte de Vaise

Des présents furent offerts au Roi lors de cette visite, un lion en or entravé avec des chaines en or et pour sa femme un cabinet en pierreries

Le roi arriva le 6.12.1622

Le Cour séjournera à Lyon durant l’été 1630,mais le 22 Septembre, lors d’un Conseil donné à l’Abbaye d’Ainay le roi se sent souffrant et rentre se coucher à l’archevêché de Lyon, le 27, la fièvre n’est pas tombée, mais se complique de dysenterie et d’une infection intestinale. Il s’affaiblit. Sa mère Marie de Médicis présente voudrait qu’il renvoit le Cardinal de Richelieu qu’elle n’apprécie pas et implore son fils de prononcer les mots  » Je le renvoie », mais le Roi ne cède pas.

Le 30 septembre le roi semble perdu, il n’a que 29 ans.il entend la messe dans sa chambre et reçoit la communion du Cardinal de Lyon : Alphonse de Richelieu, frère du Cardinal et il dit adieu à ses proches en ces mots :

 » Je vous demande pardon à tous de tout ce en quoi je puis vous avoir offensé et ne mourrai pas content si je ne sais que vous ne me pardonnez pas et vous prie d’en dire le même à tous mes sujets ». 

Il embrasse sa femme la Reine Anne d’Autriche et Richelieu, il reçoit le viatique.

Et comme par miracle, l’accès intestinal crève emportant avec lui un flot de matières fécales et sanglantes, qu’il évacue naturellement. Le soir même il retrouva l’appétit.

Il se séjourna pour sa convalescence, à l’Hôtel de Chaponnay près de Bellecour, et dit-on c’est grâce à son hôtesse qui l’incita à remercier la Vierge qu’il crut au miracle de sa guérison et pris l’engagement de proclamer le vœu de mettre le Royaume sous la Protection de la Vierge, ce qui fut fait en 1638.

=> Le vœu de Louis XIII

A la mi-octobre, le Roi put reprendre la route.

7.07.1642, Le roi arriva de Perpignan malade, et mourut quelques semaines après à St Germain en Laye

Malgré les doléances des Lyonnais, ceux-ci durant le règne de Louis XIII n’obtiendront rien de sa part. Le contact passe moins bien qu’avec Henri IV.

Le 18.01.1623 Mort de François de Sales au Couvent des Dames de la Visitation de Ste Marie, près de l’Abbaye d’AINAY , inhumé en l’Eglise de la Visitation d’Annecy

 

LOUIS XIV

(05.09.1638 – 01.09.1715)  Roi de 1643 à 1715 Inhumé à St Denis

 185790_imagno

Visite Lyon le 24.11.1658 accompagné de Mazarin, et de la Reine Anne d’Autriche,  qui fut logée à l’Hôtel Abbatial d’Ainay, tandis que le roi fut logé à la Maison Rouge nommée aussi le « Petit Louvre »

Louis XIV était venu avec 2 compagnies de mousquetaires et leurs chevau-legers, les mousquetaires gris et les mousquetaires noirs.

Avec leur tricorne à plumes blanches, leur uniforme de drap écarlate à parements, avec la soubreveste (justaucorps sans manches) bleue , galonnée d’argent, ornée , et sur la poitrine et le dos de 2 crois blanches fleurdelisées.

Du temps de Louis XIV, le transport des personnes et des marchandises se perfectionna  grandement. Son ministre Colbert va instituer la Grande Fabrique de la Soie et va réglementer la profession par un cahier des charges fixant le nombre de fil, la largeur des tissus… Lyon va devenir progressivement la Capitale européenne de la soie

Louis_XIV_ Place Bellecour

La statue de Louis XIV arriva à Lyon en 1701 et ne fut installée Place Bellecour qu’en 1713, créée par Martin Desjardins, elle disparut à la Révolution (1793) afin d’être fondue pour en faire des canons.

Histoire de la statue

La nouvelle statue équestre de Louis XIV fut érigée en 1825, œuvre de F.Frédéric LEMOT au centre de la place Bellecour . Elle est accompagnée, à ses pieds, de deux statues allégoriques créées en 1720 : la Saône de Nicolas Coustou et le Rhône de Guillaume Coustou, frère du précédent. Le socle provient d’un village situé dans le Beaujolais : Le Perréon (hameau de La Marbrière)

Allegorie-du-rhone

Coulée à Paris, elle est transportée à Lyon en douze jours, sur un attelage traîné par vingt-quatre chevaux. L’entrée de la statue dans la ville fut une occasion de fêtes qui attirèrent un grand nombre de spectateurs.

 

CHARLES X

(9.10.1757 – 6.11.1836) Roi de 1824 à 1830
BRM174409

C’est en tant que Comte d’Artois, que Charles X et son cousin le Duc d’Orléans, futur Louis Philippe 1er viendront à Lyon, en 1815 pour tenter de soulever les lyonnais contre le retour de Napoléon, mais sans succès.

Le Comte d’Artois viendra dans la Ville en Septembre pour boire une chope de bière lyonnaise « la Porter noire » dite la Noire. Principalement dans la brasserie de la SALLE GAYET, première très grande brasserie de LYON, où 300 ouvriers fabriquaient la bière dans la cave . En 1814 Pierre GAYET , reçut l’Ordre des Lys, du  Comte d’Artois, comme brasseur.

La Place Carnot  après la restauration  s’appelait Place Louis XVIII , sous le second empire elle devint « Place Napoléon » et après sa chute, Place Perrache pour devenir en 1889 la Place Carnot.

Pour mémoire concernant Charles X

Le Pont Lafayette de 1827 à 1830 porta le nom de Pont Charles X

Et si vous voulez connaitre ou relire les aventures de Zarafa, le fabuleux cadeau diplomatique du Pachat d’Egypte  Méhémet Ali, au Roi Charles X, une girafe qui arriva à Paris le 30 juin 1827 et vécut 18 ans dans la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, après avoir été cheminé à pied depuis Marseille.Partie le 20.05.1827, la caravane mis 41 jours pour arriver dans la capitale, à raison de 20 à 25 Km/jour.

Zarafa (1824-1845),

« la girafe de Charles X »

http://www.academie-veterinaire-defrance.org/fileadmin/user_upload/pdf/pdf_2012/Rigoulet2.pdf

 

LOUIS XX

LouisXX

se déplaça à Lyon les 15 et 16 Décembre 2000 pour commémorer le 400 ème anniversaire des noces d’Henri IV et de Marie de Médicis. Invité aux cérémonies civiles et religieuses, il fut reçu à l’hôtel de ville par le Maire Monsieur Raymond BARRE puis assista en fin de journée à une réception donnée en son honneur dans le salon Henri IV de l’hôtel de ville dont la façade coté Terreaux s’orne d’une statue équestre du même Roi. Il présida ensuite un concert. Et le lendemain après avoir visité le quartier Renaissance, il assista à une messe solennelle à la cathédrale Saint Jean avant de présider un déjeuner de 150 couverts. La journée se clôtura par un bal Renaissance. Voir le compte rendu de Monsieur Yves BRUYAS Président de PSB LYON avec Mme Charles RECAMIER….

https://www.psbenlyonnais.fr/reportage/

 lOUIS XX 2

 

Sources : – Les Rois de France à Lyon Albert Champdor

– Wikipédia