Le royalisme toujours vivant

Zoom – Franck Bouscau : Pourquoi le royalisme est-il toujours vivant ?

https://www.tvlibertes.com/zoom-franck-bouscau-pourquoi-le-royalisme-est-il-toujours-vivant

Zoom – Franck Bouscau : Pourquoi le royalisme est-il toujours vivant ?

Émission du 22/06/2021

Le légitimisme est toujours vivant ! Ce mouvement politique français favorable au rétablissement de la royauté dans la personne de l’aîné des Capétiens, chef de la maison de Bourbon, reste encore aujourd’hui un jalon essentiel de la tradition politique. C’est ce que démontre Franck Bouscau, avocat et professeur agrégé de droit, en signant la postface d’un ouvrage de Guy Augé, publié la première fois en 1979 et réédité cette année : « Succession de France et règle de nationalité ». Comment s’est perpétué le légitimisme après la Révolution française ? Qui sont les Blancs d’Espagne ou les orléanistes-fusionnistes ? Quelles sont les règles de droit dynastique ? Qui est Louis XX, duc d’Anjou, aîné des Capétiens, actuellement chef de la Maison de Bourbon ? Se tient-il prêt à remonter sur le trône de France ? Réponses avec Franck Bouscau dans un entretien entre tradition et modernité !

Guy Augé (1938-1994), docteur en droit, diplômé en science politique et licencié ès-lettres, maître de conférences à l’université de Paris II, est un spécialiste reconnu de l’histoire du droit, des institutions et des idées politiques. Par ses nombreux travaux et ceux, innombrables, qu’il a suscités, il est unanimement considéré comme le meilleur connaisseur du légitimisme contemporain, et son plus fin et rigoureux historien.

http://www.chire.fr/A-226057-succession-de-france-et-regle-de-nationalite.aspx

Il y a 228 ans…

Il y a 228 ans, en ce sinistre matin du 21 janvier 1793, Louis XVI montait à l’échafaud. Le Monarque ne montra aucune défaillance face à ses bourreaux. Ses derniers mots, couverts par un roulement de tambours, s’adressaient à son peuple ; Il lui pardonnait l’effroyable issue qui l’attendait : « Je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France » Un roulement de tambour couvre ses dernières paroles. On ne peut s’empêcher de tracer un parallèle entre la déchéance du Monarque et la Passion du Christ ; tous deux ont accepté leur sort au profit de leur peuple, tous deux ont souffert et sont morts dans l’iniquité totale.

Bien au delà de l’assassinat du Monarque, l’objectif consistait à détruire les racines et les valeurs qui avaient forgées la France depuis le baptistère de Clovis. Une rupture, sans égale dans l’histoire de France, venait de se produire ; rupture d’autant plus douloureuse qu’elle jaillissait des profondeurs du pays, rupture menée par un peuple répondant à des minorités qui ont distillé, années après années, les idées révolutionnaires. L’œuvre conjointe de la finance apatride, de la maçonnerie, des Orléans et d’une bourgeoisie naissante renversaient une des plus vieilles nations.

Partout dans le pays, en cette sombre année 1793, la folie révolutionnaire s’acharnait : couvents pillés, hommes et femmes d’Église torturés, assassinés, tombes profanées, exactions, excavations, fils et filles de France trucidés, abbayes et chapelles détruites, biens du royaume volés, la Sainte Ampoule brisée, les reliques détruites et bien plus.

Plus grave encore, l’attaque révolutionnaire ne se limita pas à abattre la monarchie et ses symboles, elle ensemença au sein même de la France les germes d’un cancer qui vise encore aujourd’hui à détruire la famille, la Sainte Église et toute la civilisation française et occidentale. Pour y parvenir il fallait détruire : 1) La femme base du foyer, c’est fait 2) La famille cellule de la société, c’est fait, 3) La religion et la morale, valeur refuge, c’est fait, 4) Pour la race et la nation, c’est en cours.

La faute commise ce 21 janvier 1793 est d’une telle dimension qu’elle ne pourra être expiée par le peuple français. Depuis cette date funeste ou la royauté est tombée, elle s’est évanouie chaque jour un peu plus dans le cœur des français ; la restauration aura tout au plus permis de sauver l’héritage, la non restauration de 1871 constitua le dernier soubresaut politique, la mort du Comte de Chambord a marqué la fin de l’attachement des français à leur Roi, la séparation de l’Église et de l’État en 1905 agrandit un peu plus la rupture et la querelle de succession Légitimiste / Orléanistes divise les serviteurs de la monarchie. Ainsi est le destin des enfants de la fille aînée de l’Eglise.

La rupture provoquée en ce matin de janvier résonne encore dans notre monde contemporain. Elle explique bien des maux subis par la France depuis 228 ans.

Nul ne doute que, sur les décombres des abbayes de Cluny et de Maillezais, la Divine Providence ne vienne un jour mettre un terme à cette déchéance.

Nous, Légitimistes du XXIème siècle, constituons le lien tenu entre un monde qui n’est plus et un monde à venir. En entretenant le souvenir et les valeurs léguées par la France de Louis XVI, nous œuvrons pour constituer une société renouant avec sa glorieuse histoire.

Lyon, le 21 janvier 2021.

Les fusillades d’Avrillé

Il y a 227 ans aujourd’hui (le 13/01/2021), débutaient les fusillades d’Avrillé, en Anjou. À la suite de la défaite des Vendéens durant la Virée de Galerne, lors de la mise en place de la Terreur et au début des exactions commises par les colonnes infernales, les Républicains font prisonniers des milliers de Vendéens. À Angers, dirigés par les représentants en mission Nicolas Hentz et Adrien Francastel, les prisonniers passent en jugement sommaire devant les commissions militaires. Les exécutions ont lieu au parc de la Haie-aux-Bonshommes à Avrillé, en Maine-et-Loire, le lieu sera par la suite rebaptisé « le Champ des Martyrs ». Au total on relève neuf fusillades, du 12 janvier au 16 avril 1794, au cours desquelles 2480 hommes et femmes ont été assassinés au bord de fosses communes.

Source : Jullien Allion, compte Facebook, publication du 13/01/2021