Madame Elisabeth ou l’histoire d’une longue marche vers la béatification

A l’occasion de la conclusion de ses travaux, l’Assemblée plénière des évêques de France réunie à Lourdes du 3 au 8 novembre 2017, a ouvert la voie au procès de béatification de Madame Elisabeth : ce dernier épisode s’ajoute à l’histoire d’un dossier vieux de près d’un siècle.

La sœur de Louis XVI fut incarcérée à la prison du Temple, puis exécutée place de la Concorde à Paris, le 10 mai 1794 : de l’avis de tous les témoins, elle est morte en odeur de sainteté. Le pape Pie VII lorsqu’il vint à Paris pour le sacre de Napoléon Ier, passant devant le portrait de Madame Elisabeth, prononça en public cette invocation : « Sancta Elisabeth, ora pro nobis ».

Entre 1848 et 1850, fut édifiée au Petit-Montreuil où Madame Elisabeth avait son domaine et recevait les pauvres, une chapelle dédiée à sainte Elisabeth de Hongrie, chapelle aujourd’hui devenue une paroisse de Versailles.

En 1920, grâce aux efforts de Mme de Villeroy, tertiaire du Carmel de Meaux, une association est créée pour la béatification de Madame Élisabeth. Puis, en 1947 le marquis de La Franquerie lance une seconde association, approuvée par de très nombreux cardinaux et évêques.

C’est en 1953 que la cause de béatification est officiellement introduite par le cardinal-archevêque de Paris, Mgr Maurice Feltin : Madame Elisabeth est alors déclarée servante de Dieu, mais on n’ira pas plus loin, et le dossier s’endort pour de longues décennies… Jusqu’en en 2016, lorsque le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, procède à la réouverture de la cause.

=> Madame Elisabeth sur PSB Lyon

FSSPX. Actualités propose à ses lecteurs de redécouvrir le visage de la sœur du roi Louis XVI, guillotinée en 1794, à travers l’entretien accordé à Nouvelles de Chrétienté (n°128 – nov.-déc. 2011), par le Professeur Jean de Viguerie, auteur d’une biographie très remarquée : « Le sacrifice du soir : vie et mort de Madame Elisabeth » (Cerf, 2010).

Lire la suite…

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

La Tapisserie de l’Apocalypse à Angers

La tapisserie de l’Apocalypse  joyau du château d’Angers.

Commandée vers 1375 par le duc Louis Ier d’Anjou, elle représente un chef-d’œuvre sans équivalent dans le monde.

Un film immersif sur la Tapisserie de l’Apocalypse a été réalisé par le Centre des monuments nationaux et Google arts et culture. On pourra en profiter pleinement grâce à l’installation inaugurée ce soir au château d’Angers. Mais on peut aussi le découvrir en ligne.

La Tapisserie de l’Apocalypse est le joyau du château d’Angers. Commandée vers 1375 par le duc Louis Ier d’Anjou, elle représente un chef-d’œuvre sans équivalent dans le monde.

100 mètres des 140 d’origine ont traversé les siècles et sont exposés dans une galerie dédiée, depuis l’année 1954.

Un partenariat entre le Centre des monuments nationaux et Google arts et culture (un département à but non-lucratif du géant de l’internet) vient d’aboutir à la réalisation d’un film. D’une durée de cinq minutes, il permet de comprendre le contexte de la fabrication de l’œuvre (notamment la Grande peste du milieu du XIVe siècle), sa symbolique mais également l’extraordinaire travail de conservation et de restauration.

 

 

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur