Messe 2019 pour le Roi Louis XVI

 

Messe à la Mémoire du Roi Louis XVI et pour la France, en présence de SAR le Prince Rémy de BOURBON PARME

Avec la participation des Trompes de Chasse des Echos du Lyonnais

Samedi 19 Janvier 2019 à 10h30

Sanctuaire Saint Bonaventure

7, place des Cordeliers LYON 2°

 

 

=> Article du Progres

Compte rendu de la visite de son Altesse Royale le Prince Rémy de BOURBON PARME

Le 19 Janvier 2019 à Lyon

        C’est avec un grand plaisir que nous avons accueilli Son Altesse Royale le Prince Rémy de BOURBON PARME, venu représenter SAR le Prince Louis, Duc d’Anjou, Chef de la Maison de France et la Princesse Marie Marguerite, Duchesse d’Anjou lors de la messe anniversaire des 226 ans de l’exécution du Roi Louis XVI.

         Le Prince Rémy a été reçu à Saint Bonaventure par le Recteur le Père Patrick ROLLIN et l’Abbé Brice MEISSONNIER. Les trompes de chasse des Echos du Lyonnais ont fait résonner la nef ou plus de 400 Lyonnais étaient venus pour témoigner de leur attachement au Roi martyr.

         Enfin le déjeuner a réuni une quarantaine de fidèles autour du Prince. L’Association Présence du Souvenir Bourbonien tient à remercier ici vivement toutes les personnes qui se sont déplacées ce Samedi 19 Janvier 2019 ainsi que toutes celles qui ont contribué de près ou de loin au succès de cette journée. 

HOMELIE

Lyon Sanctuaire Saint-Bonaventure 2019

Monseigneur, 

Monsieur le Recteur,

Mes bien Chers Frères

Dans l’ancienne France et dans le système  monarchique français, le roi ne mourait jamais.

Certaines choses changeaient dans la société, mais il y avait toujours une garantie de continuité et d’identité française : « Le roi est mort, vive le roi ».

Néanmoins, le lundi 21 janvier 1793 à 10h22, pour la première fois en France, le roi mourait. 

Assurément, le même jour, à l’heure du déjeuner, la Reine Marie-Antoinette aura fait une révérence devant son fils le dauphin, devenu par le fait même Louis XVII, et elle l’aura installé au bout de la table, à la place d’honneur, à la place du roi !

Malgré cela,  quelque chose fut brisée ce 21 janvier 1793.

Ouvert  le 10 décembre précédent, le procès du roi Louis XVI, s’était déroulé devant la Convention face à laquelle Robespierre avait déclaré : « Il n’y a point ici de procès à faire. Louis n’est point un accusé. Vous n’êtes point des juges. Vous n’avez point une sentence à rendre pour ou contre un homme, mais une mesure de salut public à prendre, un acte de providence nationale à exercer. »

Oui mes Frères, de l’aveu même de ses accusateurs et futurs bourreaux, il ne s’agit pas d’un procès, mais d’une mise à mort programmée : il faut que le roi meure ! Et il va mourir !

226 années plus tard, quel est le sens à donner à cet office que nous célébrons aujourd’hui ?

Sommes-nous là simplement afin de prier pour le repos de l’âme de ce roi très chrétien ? Ce que beaucoup font avec fidélité depuis tant d’années ?!

Et bien, au risque de vous surprendre,  je vous répondrais : non ! 

Certes, la conscience de Louis XVI devait lui reprocher un certain nombre de choses,  comme pour tout homme et comme surtout il l’écrit lui-même dans le texte de consécration  de sa Personne, de sa Famille et de tout son Royaume au Sacré Cœur de Jésus. Texte qui est du début de l’année 1792 :

« A mes malheurs personnels et à ceux de ma famille, qui sont affreux, se joignent, pour accabler mon âme, ceux qui couvrent la face du royaume. Les cris de tous les infortunés, les gémissements de la religion opprimée retentissent à mes oreilles, et une voix intérieure m’avertit encore que peut-être votre justice me reproche toutes ces calamités, parce que, dans les jours de ma puissance, je n’ai pas réprimé la licence du peuple et l’irréligion, qui en sont les principales sources ; parce que j’ai fourni moi-même des armes à l’hérésie qui triomphe, en la favorisant par des lois qui ont doublé ses forces et lui ont donné l’audace de tout oser »

Cependant, mes Frères, l’attitude héroïque de Louis XVI dans le refus de la Constitution civile du Clergé et encore plus peut-être, sa mort admirablement édifiante, qui impressionna grandement la foule immense réunie au pied de l’échafaud place de la Concorde, firent dire au Pape Pie VI : « Ô jour de triomphe pour Louis XVI, à qui Dieu a donné et la patience dans les tribulations, et la victoire au milieu de son supplice ! Nous avons la ferme confiance qu’il a heureusement échangé une couronne royale toujours fragile, et des lys qui se seraient flétris bientôt, contre cet autre diadème impérissable que les anges ont tissé de lys immortels. »

Alors oui mes Frères, si nous sommes réunis avec fidélité, 226 années après la mort  de l’infortuné roi Louis XVI, cela va peut-être vous étonner, mais ce n’est pas uniquement afin de prier pour le repos de son âme, car nous croyons comme le pape Pie VI, ou en tous cas nous espérons, qu’il est déjà au ciel. Si nous nous réunissons aujourd’hui,  c’est peut-être davantage pour nous-mêmes : pour notre propre fidélité et donc notre propre grandeur.

Car, même si nous vivons dans un monde qui nous échappe, nous aurons à rendre des comptes  sur l’évolution désastreuse de notre société, surtout si nous ne nous sommes  jamais efforcés de nous y opposer.

Mais nous aurons surtout  à rendre compte de tout ce qui dépend de nous et en premier lieu :  notre âme.

Or, dans toute âme vraiment chrétienne, se trouve enfouie au plus profond, la fidélité.

mes Frères, Dieu nous demande de lui être fidèles, à Lui et à son Eglise, et cette fidélité surnaturelle est nécessaire au Salut.

Mais cette grande et nécessaire fidélité surnaturelle, a une petite sœur qui est la fidélité naturelle à nos Pères et aux Pères, que furent nos rois, de cette famille qu’on appelle la France.

Alors mes Frères, si nous avons parfois un sentiment d’injustice et d’impuissance en voyant le cours des choses, n’oublions pas  que Dieu nous a  donné la vie et avec elle ce privilège magnifique de la liberté. La liberté de nous conduire en homme, la liberté de garder la tête haute, la liberté d’être fidèle, comme le fut Louis XVI. 

Aujourd’hui, que par l’intercession  des martyrs de la Révolution, notre Patrie renoue avec Dieu et son Eglise.

Et que, par la miséricorde de Dieu, l’âme du roi Louis XVI et celles de toutes les victimes de la Révolution reposent en paix. 

                                                 Ainsi soit-il

Abbé Brice Meissonnier

DISCOURS du Président Henri BURGAT – 19 Janvier 2019

Monseigneur, Monsieur le Recteur, Monsieur l’Abbé

Chers Amis,

          Je vous remercie d’être venus commémorer le 226° anniversaire de la mort du Roi Louis XVI. Je vous souhaite en mon nom et au nom du Conseil d’Administration une bonne et sainte année 2019.

          Nous remercions le Prince Rémy de BOURBON PARME venu représenter la famille Royale, puis le Recteur du Sanctuaire Saint Bonaventure le Père Patrick ROLLIN ainsi que l’Abbé Brice MEYSSONNIER pour sa belle homélie, et l’équipe pastorale pour leur excellent accueil, puis Monsieur Nicolas DURAND et l’équipage des Echos du Lyonnais ainsi que toutes les personnes qui de près ou de loin ont participé à l’élaboration et au succès de cette journée.

          2018 a été une année difficile ou nous voyons éclore le réveil des français  qui s’aperçoivent enfin qu’ils ont été grugés par le pouvoir en place. Sauront ils revenir à une société plus juste et basée sur le bien commun? L’inculture est partout présente, l’ordre naturel a été inversé, les fausses élites dictent leur loi, nous subissons le déclassement, la perte de repères, le retour à la barbarie des temps de l’invasion hunnique. Nous allons probablement connaitre des épreuves importantes, mais nous devons conserver l’espoir, Dieu ne nous abandonnera pas, Lui seul peut redresser durablement la situation. Nous devons prier l’Archange Saint Michel protecteur de la France et la Vierge Marie pour nous aider à traverser l’adversité.

          J’espère que notre programme 2019 vous séduira, nous recevrons des conférenciers de qualité, Notre Grande Fête Catholique et Légitimiste aura lieu en Mai. Faites la connaitre autour de vous et venez nombreux.

C’est Louis XVI qui l’a fait : le saviez-vous ?

Louis XVI décida de soulager son peuple en le dispensant du droit de Joyeux avènement, impôt perçu à chaque changement de règne.

Louis XVI, créa le corps des pompiers.

Louis XVI, autorisa l’installation de pompes à feu, pour approvisionner Paris en eau de manière régulière.

Louis XVI, créa un mont-de-piété à Paris pour décourager l’usure et venir en aide aux petites gens.

Louis XVI, abandonna aux équipages de ses vaisseaux le tiers de la valeur des prises qui lui était réservé en temps de guerre.

Louis XVI, décida d’aider l’abbé de l’Epée dans son œuvre pour l’éducation des « sourds-muets sans fortune » auquel il enseignait un langage par signes de son invention. Le Roi lui versa alors une pension de 6000 livres sur sa propre cassette, contre l’avis de l’archevêché qui soupçonnait cet homme de jansénisme.

Louis XVI, dota l’école de Valentin HAUY pour les aveugles.

Louis XVI, donna l’ordre à ses commandants de vaisseaux de ne point inquiéter les pêcheurs Anglais et obtint la réciproque pour les pêcheurs Français.

Louis XVI, donna le droit aux femmes mariées et aux mineurs de toucher eux même leur pensions sans demander l’autorisation de leur mari ou tuteur.

Louis XVI, ordonna aux hôpitaux militaires de traiter les blessés ennemis « comme les propres sujets du Roi » 90 ans avant la 1ere convention de Genève !

Louis XVI, décida d’abolir le servage et la main morte dans le domaine royal et le droit de suite qui permettait aux seigneurs de faire poursuivre les serfs ou mainmortables qui quittaient leur domaine.

Louis XVI, ordonna l’abolition de la question préparatoire et préalable (torture)

Louis XVI, accorda le premier, le droit de vote aux femmes dans le cadre de l’élection des députés à l’assemblée des états généraux.

Louis XVI, décida de faire construire à ses frais, des infirmeries « claires et aérées » dans les prisons.

Louis XVI, s’inquiéta du sort qui était réservé aux prisonniers détenus en préventive de par leur inculpation, avant le procès. Par ailleurs, il décida de leur accorder une indemnité ainsi qu’un droit d’annonce dans le cas où leur innocence serait reconnue lors de leur procès (sujet d’une étonnante actualité) !

Louis XVI, supprima de très nombreuses charges de la maison de Roi (plus du tiers).

Louis XVI, permit aux femmes d’accéder à toutes les maîtrises.

Louis XVI, finança tous les aménagements, de l’hôtel-Dieu pour que chaque malades ait son propre lit individuel.

Louis XVI, employa le 1er, l’expression « Justice sociale ».

Louis XVI, fonda un hôpital pour les enfants atteints de maladies contagieuses, aujourd’hui nommé : « Hôpital des enfants malades »

Louis XVI, créa le Musé des Sciences et Techniques, futur Centre National des Arts et Métiers.

Louis XVI, fonda l’école des mines.

Louis XVI, finança sur ses propres fonds, les expériences d’aérostation des frères Montgolfier.

Louis XVI, finança également les expériences de Jouffroy pour l’adaptation de la machine à vapeur à la navigation.

Louis XVI, exempta les Juifs du péage corporel et autres droits humiliants.

Louis XVI, accorda sept millions aux victimes du froid excessif en 1784.

Louis XVI, accorda des pensions de retraites, à tous ceux qui exerçaient une profession maritime.

Louis XVI, demanda l’établissement annuel de la balance du commerce.

Louis XVI, créa le droit de propriété des auteurs et compositeurs de musique.

Louis XVI, accorda l’état-civil aux non-catholiques.

Louis XVI, créa l’Ecole de musique et de danse de l’Opéra de Paris et le musée du Louvre.

Louis XVI, lança une des plus grandes expéditions de découverte de son époque et choisit Jean-François de la Perouse  pour diriger une expédition autour du monde visant à compléter les découvertes de James Cook dans l’Océan Pacifique.

Louis XVI, aida l’Amérique à proclamer son indépendance le 4 juillet 1776.

Source : « Louis XVI a la parole » de Paul et Pierrette GIRAULT de COURSAC, éd de l’OEIL

=> Le bon Roi Louis XVI

Un peuple et son Roi

Un film vient de sortir de Pierre SCHOELLER qui peut nous intéresser
“ Un Peuple et son Roi »  relate les débuts de la Révolution et rend bien le climat de l’époque. La relation est un peu confuse, à noter que Louis XVI a toujours refusé de faire tirer sur son peuple.
On peut  préciser que la prise de la Bastille avait été décidée dans la loge des Amis Réunis, que le patriote Palloy attendait avec ses ouvriers sur place dès le matin, et qu’une délégation avait demandé au Gouverneur de LAUNAY de bien vouloir retirer les canons des embrasures toujours dans la matinée. On avait même poussé la complaisance jusqu’à clouer des planches dans les embrasures pour empêcher de les repositionner. Comme mouvement spontané on a vu mieux depuis. Enfin la Bastille n’a pas été prise, c’est le Gouverneur qui trompé par les émissaires des émeutiers a fait ouvrir les portes.  L’action n’a pas été menée par le peuple de Paris mais par des brigands et des déserteurs étrangers.
Précision utile pour le vote de la mort du Roi sur 749 députés il y avait 23 absents reste 726  moins 5 abstentions reste 721 et comme 361 ont voté pour la mort, elle ne s’est donc jouée qu’a une voix.  Mais ne boudons pas notre plaisir l’acteur qui joue Louis XVI ressemble beaucoup à Louis XX.
BANDE ANNONCE :

C’est Louis XVI qui l’a fait : le saviez-vous ?

C’est Louis XVI qui l’a fait : le saviez-vous ?

Louis XVI décida de soulager son peuple en le dispensant du droit de Joyeux avènement, impôt perçu à chaque changement de règne.

Louis XVI, créa le corps des pompiers.

Louis XVI, autorisa l’installation de pompes à feu, pour approvisionner Paris en eau de manière régulière.

Louis XVI, créa un mont-de-piété à Paris pour décourager l’usure et venir en aide aux petites gens.

Louis XVI, abandonna aux équipages de ses vaisseaux le tiers de la valeur des prises qui lui était réservé en temps de guerre.

Louis XVI, décida d’aider l’abbé de l’Epée dans son œuvre pour l’éducation des « sourds-muets sans fortune » auquel il enseignait un langage par signes de son invention. Le Roi lui versa alors une pension de 6000 livres sur sa propre cassette, contre l’avis de l’archevêché qui soupçonnait cet homme de jansénisme.

Louis XVI, dota l’école de Valentin HAUY pour les aveugles.

Louis XVI, donna l’ordre à ses commandants de vaisseaux de ne point inquiéter les pêcheurs Anglais et obtint la réciproque pour les pêcheurs Français.

Louis XVI, donna le droit aux femmes mariées et aux mineurs de toucher eux même leur pensions sans demander l’autorisation de leur mari ou tuteur.

Louis XVI, ordonna aux hôpitaux militaires de traiter les blessés ennemis « comme les propres sujets du Roi » 90 ans avant la 1ere convention de Genève !

Louis XVI, décida d’abolir le servage et la main morte dans le domaine royal et le droit de suite qui permettait aux seigneurs de faire poursuivre les serfs ou mainmortables qui quittaient leur domaine.

Louis XVI, ordonna l’abolition de la question préparatoire et préalable (torture)

Louis XVI, accorda le premier, le droit de vote aux femmes dans le cadre de l’élection des députés à l’assemblée des états généraux.

Louis XVI, décida de faire construire à ses frais, des infirmeries « claires et aérées » dans les prisons.

Louis XVI, s’inquiéta du sort qui était réservé aux prisonniers détenus en préventive de par leur inculpation, avant le procès. Par ailleurs, il décida de leur accorder une indemnité ainsi qu’un droit d’annonce dans le cas où leur innocence serait reconnue lors de leur procès (sujet d’une étonnante actualité) !

Louis XVI, supprima de très nombreuses charges de la maison de Roi (plus du tiers).

Louis XVI, permit aux femmes d’accéder à toutes les maîtrises.

Louis XVI, finança tous les aménagements, de l’hôtel-Dieu pour que chaque malades ait son propre lit individuel.

Louis XVI, employa le 1er, l’expression « Justice sociale ».

Louis XVI, fonda un hôpital pour les enfants atteints de maladies contagieuses, aujourd’hui nommé : « Hôpital des enfants malades »

Louis XVI, créa le Musé des Sciences et Techniques, futur Centre National des Arts et Métiers.

Louis XVI, fonda l’école des mines.

Louis XVI, finança sur ses propres fonds, les expériences d’aérostation des frères Montgolfier.

Louis XVI, finança également les expériences de Jouffroy pour l’adaptation de la machine à vapeur à la navigation.

Louis XVI, exempta les Juifs du péage corporel et autres droits humiliants.

Louis XVI, accorda sept millions aux victimes du froid excessif en 1784.

Louis XVI, accorda des pensions de retraites, à tous ceux qui exerçaient une profession maritime.

Louis XVI, demanda l’établissement annuel de la balance du commerce.

Louis XVI, créa le droit de propriété des auteurs et compositeurs de musique.

Louis XVI, accorda l’état-civil aux non-catholiques.

Louis XVI, créa l’Ecole de musique et de danse de l’Opéra de Paris et le musée du Louvre.

Louis XVI, lança une des plus grandes expéditions de découverte de son époque et choisit Jean-François de la Perouse  pour diriger une expédition autour du monde visant à compléter les découvertes de James Cook dans l’Océan Pacifique.

Louis XVI, aida l’Amérique à proclamer son indépendance le 4 juillet 1776.

 

Source : « Louis XVI a la parole » de Paul et Pierrette GIRAULT de COURSAC, éd de l’OEIL

=> Le bon Roi Louis XVI

 

225 ans après Louis XVI, ils espèrent le retour du roi

225 ans après Louis XVI, ils espèrent

le retour du roi

 

Dimanche 21/01/2018 à 17H02

Pour 39 % des Français, la monarchie est un gage de stabilité et d’unité

 

Pour Félix Thévot, la monarchie est le régime qui convient le mieux à la France.

PHOTO STÉPHANE ROSSI

 Pour les royalistes de France, ce dimanche est un jour de deuil. Le 21 janvier 1793, Louis XVI était décapité à Paris. Un « anniversaire » commémoré par des messes dans l’ensemble du pays et notamment en Provence (1). À Marseille, elle aura lieu en la basilique du Sacré-Coeur. Parmi les personnes qui y assisteront, des nostalgiques de l’Ancien Régime. Mais pas que. Pour d’autres, comme Félix Thévot, pas question de nostalgie quand on évoque la monarchie. Pour lui, bien au contraire, la monarchie est une idée moderne et promise à un réel avenir dans un pays troublé et face à une République affaiblie. « Pour moi, la monarchie est le régime naturel car calqué sur la famille. Elle assure la continuité de génération en génération alors que la République est sujette à de multiples changements. L’ensemble du peuple peut se retrouver dans son roi en cas de crise majeure. Le peut-il dans un président de la République ?« 

Pour lui, démocratie et monarchie ne sont pas antinomiques. « Quoi de plus démocratique que les sociétés scandinaves ? Elles ont pourtant deux rois (Suède et Norvège) et une reine (Danemark) à leur tête. » Et de plaider en faveur « d’une monarchie constitutionnelle » : « Les élections peuvent modifier les assemblées, désigner des gouvernements. Le roi, parce qu’il a une vision a beaucoup plus long terme que les politiques soumis à des élections, peut les guider, les conseiller, les mettre en garde à la manière de la reine d’Angleterre. De plus, il sait que son action sera poursuivie par son héritier.« 

Même s’il a « toujours été royaliste« , Félix Thévot, un ancien huissier à la retraite membre de l’Institut de la Maison de Bourbon est réaliste. Difficile en l’état actuel des choses d’imaginer un retour sur le trône du prince Louis de Bourbon (« Louis XX ») dans un futur proche. « Le plus difficile sera de convaincre les Français, qui n’ont jamais connu la monarchie et ont été éduqués à la République du bien fondé d’une restauration. » Pour autant, confie-t-il, « quand je parle de ce sujet, je ne sens autour de moi aucune hostilité, mais un réel intérêt. Les gens me paraissent plus demandeurs d’informations qu’il y a quelques années.« 

Une impression que deux sondages semblent confirmer. Selon BVA datant d’août 2016, 39 % des Français estiment que la présence d’un roi au sommet de l’État serait positive pour l’unité nationale, ébranlée après les attentats islamistes, et la stabilité du gouvernement (37 %), contre 23 % en 2007. 31 % des Français pensent aussi qu’un roi donnerait une meilleure image du pays qu’un président (24 % en 2007). Sans surprise, le clivage sur la question d’une restauration est aussi important entre personnes de droite et de gauche.

Que les partisans de la République ne soient pas trop inquiets : seuls 17 % de nos compatriotes sont réellement favorables au retour du roi. Un chiffre qui n’a pas évolué depuis 2007.

 

http://www.laprovence.com/article/papier/4799887/225-ans-apres-louis-xvi-ils-esperent-le-retour-du-roi.html