Il y a 228 ans…

Il y a 228 ans, en ce sinistre matin du 21 janvier 1793, Louis XVI montait à l’échafaud. Le Monarque ne montra aucune défaillance face à ses bourreaux. Ses derniers mots, couverts par un roulement de tambours, s’adressaient à son peuple ; Il lui pardonnait l’effroyable issue qui l’attendait : « Je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France » Un roulement de tambour couvre ses dernières paroles. On ne peut s’empêcher de tracer un parallèle entre la déchéance du Monarque et la Passion du Christ ; tous deux ont accepté leur sort au profit de leur peuple, tous deux ont souffert et sont morts dans l’iniquité totale.

Bien au delà de l’assassinat du Monarque, l’objectif consistait à détruire les racines et les valeurs qui avaient forgées la France depuis le baptistère de Clovis. Une rupture, sans égale dans l’histoire de France, venait de se produire ; rupture d’autant plus douloureuse qu’elle jaillissait des profondeurs du pays, rupture menée par un peuple répondant à des minorités qui ont distillé, années après années, les idées révolutionnaires. L’œuvre conjointe de la finance apatride, de la maçonnerie, des Orléans et d’une bourgeoisie naissante renversaient une des plus vieilles nations.

Partout dans le pays, en cette sombre année 1793, la folie révolutionnaire s’acharnait : couvents pillés, hommes et femmes d’Église torturés, assassinés, tombes profanées, exactions, excavations, fils et filles de France trucidés, abbayes et chapelles détruites, biens du royaume volés, la Sainte Ampoule brisée, les reliques détruites et bien plus.

Plus grave encore, l’attaque révolutionnaire ne se limita pas à abattre la monarchie et ses symboles, elle ensemença au sein même de la France les germes d’un cancer qui vise encore aujourd’hui à détruire la famille, la Sainte Église et toute la civilisation française et occidentale. Pour y parvenir il fallait détruire : 1) La femme base du foyer, c’est fait 2) La famille cellule de la société, c’est fait, 3) La religion et la morale, valeur refuge, c’est fait, 4) Pour la race et la nation, c’est en cours.

La faute commise ce 21 janvier 1793 est d’une telle dimension qu’elle ne pourra être expiée par le peuple français. Depuis cette date funeste ou la royauté est tombée, elle s’est évanouie chaque jour un peu plus dans le cœur des français ; la restauration aura tout au plus permis de sauver l’héritage, la non restauration de 1871 constitua le dernier soubresaut politique, la mort du Comte de Chambord a marqué la fin de l’attachement des français à leur Roi, la séparation de l’Église et de l’État en 1905 agrandit un peu plus la rupture et la querelle de succession Légitimiste / Orléanistes divise les serviteurs de la monarchie. Ainsi est le destin des enfants de la fille aînée de l’Eglise.

La rupture provoquée en ce matin de janvier résonne encore dans notre monde contemporain. Elle explique bien des maux subis par la France depuis 228 ans.

Nul ne doute que, sur les décombres des abbayes de Cluny et de Maillezais, la Divine Providence ne vienne un jour mettre un terme à cette déchéance.

Nous, Légitimistes du XXIème siècle, constituons le lien tenu entre un monde qui n’est plus et un monde à venir. En entretenant le souvenir et les valeurs léguées par la France de Louis XVI, nous œuvrons pour constituer une société renouant avec sa glorieuse histoire.

Lyon, le 21 janvier 2021.

Notre doyenne a rejoint la maison du Père

Madame de QUATREBARBES-2La  Comtesse  Christian  de  QUATREBARBES, une grande Dame de la Légitimité s’est éteinte ce Vendredi 21 Juin 2013, dans sa propriété  en Anjou, après plusieurs semaines de souffrance.

Madame, comme elle aimait être appelée a toujours oeuvré pour la Légitimité, dynamique, toujours très active malgré son grand-âge, elle était à Reims en Mai 2011 pour le 800ème anniversaire de la Cathédrale, en présence de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon.

Son souvenir restera à jamais gravé dans nos cœurs.

Nous vous invitons à avoir une pensée pour elle dans vos prières.

Nous présentons nos sincères condoléances à sa Famille et à sa Dame de compagnie.

Le Président et le Marquis de TANE représentaient la PSB aux obsèques.

=> Avis de décès

Conférence « La Constitution de l’Ancienne France »

Samedi 6 Avril 2013 à 14h15

Dans les salons du Quartier Général Frère 22, Av LECLERC 69007 LYON

(En Bus départ Perrache Ligne 60 Direction Feyzin les Razes descendre à l’arrêt Général Frère)

« La Constitution de l’Ancienne France »

Par Monsieur Philippe PICHOT BRAVARD Docteur en droit

M-Pichot-BravardSuivie de la dédicace de ses ouvrages