La Vocation Chrétienne de la France

Samedi 22 Février 2014 à 14h15
Dans les salons du Quartier Général Frère 22, Av LECLERC 69007 LYON
a eut lieu la conférence : 

« La Vocation Chrétienne de la France»

Par le Professeur Jean François CHEMAIN

Suivie de la dédicace de ses ouvrages

Chemin

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

Journée du souvenir. Discours de Louis XX

LXX-25012014Samedi 25 janvier 2014

À l’issue de la messe de requiem pour Louis XVI, ce discours a été prononcé ce samedi 25 janvier par Louis XX. Un discours qui nous rappelle le devoir de chacun, la nécessité d’agir. Au-delà de l’hommage rendu aux Rois Louis IX et Louis XVI, il s’agit d’un message de soutien à la France et aux Français.

Mon Père (Père A. Pic) Monsieur l’Administrateur (de la Chapelle Expiatoire) Chers Amis,

Quel plaisir de vous retrouver après cette cérémonie à la mémoire du roi Louis XVI qui nous a réunis, si nombreux, dans l’émotion et le souvenir.

Je commencerai par vous souhaiter une bonne et heureuse année, pour vous, les vôtres, vos familles, vos enfants. Mais ces voeux, je les adresse aussi plus largement à la France toute entière et aux Français. Je pense, notamment, à tous ceux qui se trouvent confrontés à des situations douloureuses de tout ordre. Beaucoup de nos contemporains souffrent, doutent, parfois sont désenchantés. Mes pensées vont vers eux.

Depuis des années, dans mes interventions publiques, j’ai rappelé qu’il ne s’agit pas pour nous d’être des nostalgiques, mais d’être des artisans de l’avenir. Les exemples de grandes figures de la royauté vont dans ce sens. C’est à cela que sert la mémoire.

Louis XVI que nous venons d’honorer à travers cette belle cérémonie nous y convie. Mais, en 2014, un autre roi nous y aidera aussi : Louis IX, Saint-Louis, dont nous commémorons le 800e anniversaire de la naissance, survenue en 1204, la même année que la bataille de Bouvines.

Saint-Louis, par l’exemple de son œuvre et de sa vie, laisse une fondation solide sur laquelle il est toujours possible de construire. Son œuvre a été celle d’un roi qui a permis à la couronne de retrouver sa souveraineté face aux grands féodaux ; celle d’un roi qui a été habité par les valeurs chrétiennes pour réformer la justice et les institutions. Il a montré ainsi que l’éthique était au cœur de l’action publique. Voilà des principes encore bien actuels. Si actuels que, s’ils ne sont pas rappelés d’abord, puis remis au centre de l’action, notre société continuera à être instable et fragile.

Mais aujourd’hui, que représentons-nous ? Que souhaitons-nous ? A quoi sert de s’inscrire dans une tradition millénaire ?

Cela n’a vraiment de sens que si nous voulons apporter quelque chose à la société. Or, la société contemporaine est en pleine mutation. Je pense qu’elle a besoin de ce que la tradition représente et peut encore lui apporter.

Souvent, on me demande si je suis prêt à reprendre la place que la tradition donne à l’aîné des Bourbons. Je réponds toujours à cela, comme mon père l’a fait avant moi, que notre position est d’une nature différente. Nos droits sont incontestables et viennent du fond des âges et ils reposent sur cette union entre une dynastie et un peuple. Nous assumons ces droits restant disponibles.

Cette union a permis au royaume de France de se constituer peu à peu, du petit domaine entourant Paris, jusqu’aux frontières actuelles que Louis XVI s’évertuait à ouvrir au monde avec la Pérouse et les combats menés en Amérique contre l’Angleterre.

Tel est le miracle capétien, celui de la France aussi.

La France a progressé dans le cadre de la royauté dont les institutions reposaient sur la défense des faibles, et sur les valeurs héritées du message chrétien dont la première est le bien commun. Saint-Louis en a été le modèle que ses descendants ont suivi.

Le successeur légitime des rois de France doit conserver intact cet héritage, précieux trésor pour l’avenir. Ces valeurs ont fait leur preuve puisqu’elles ont permis à notre pays d’être gouverné et de progresser pendant huit siècles. Ce sont elles encore qui ont animé génération après génération les meilleurs de nos enfants. Cette permanence montre combien elles sont justes. Ce bien commun passe par l’unité nécessaire contre toutes les féodalités et les individualités qui veulent toujours s’imposer et imposer leur loi. Ce bien commun est aussi inspiré par le souci de la justice et du progrès social reposant sur la réalité et non l’idéalisme.

Devant les interrogations de notre génération actuelle face aux erreurs passées, nous croyons bien que nous aspirons à un renouveau. Le Pape François agit dans le même esprit en dénonçant avec vigueur les dérives de toutes sortes, notamment éthiques, qui désagrègent notre société.

Dans cette quête de renouveau et de sens, les jeunes se mobilisent. Ils retrouvent, faisant preuve d’une étonnante clairvoyance, le vrai, le juste et le beau. Ils l’expriment à leur manière et notamment à l’aide de tous les nouveaux modes de communication. J’y vois un message d’avenir. La ténacité de ceux qui ne furent d’abord que des sentinelles, des veilleurs, est assez puissante pour, peu à peu, amener des changements législatifs majeurs, comme l’Espagne nous en montre actuellement l’exemple. Nous savons que nous pouvons compter sur la puissance de la tradition et de ses réussites.

La force de la royauté a toujours été de savoir s’adapter aux évolutions tant que celles-ci avaient pour finalité le bien de l’homme créé à l’image de Dieu. Cette vérité de Saint-Louis, qui fut encore celle des grandes réformes du XVIII siècle initiées par les rois Louis XV et Louis XVI et que la Révolution est venue détourner, demeure actuelle. Saurons-nous l’entendre et la mettre en œuvre ?

Ce message est celui du présent et de l’avenir. Fidèle à la tradition royale française, je le porte, me sachant soutenu par l’exemple de mes ancêtres et par l’espoir qui vous anime.

Merci.

Louis, duc d’Anjou

Source : www.lerougeetlenoir.org

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

Invitation à SAR le Prince Louis de BOURBON

Lyonnais BourgogneUnion Légitimiste du Lyonnais et de la Bourgogne

 

A l’attention de SAR le Prince Louis de BOURBON, Duc d’Anjou

Monseigneur,

L’Union Légitimiste du Lyonnais et de la Bourgogne a le plaisir de vous convier à la quatrième édition de sa Grande Fête Catholique et Légitimiste du Lyonnais et de la Bourgogne qui se tiendra à Lyon le Samedi 17 Mai 2014. C’est un des rares rassemblements existant de tous les Légitimistes à l’heure actuelle qui réunit plus de 200 fidèles de toutes les Provinces.

Après vous avoir espéré durant les trois premières années, nous escomptons que l’année 2014 sera celle qui vous permettra de renouer le contact avec vos partisans. C’est aussi l’année anniversaire de la Saint Louis, non seulement celle de votre Saint patron, mais aussi celle du meilleur de nos Rois.

Nous restons, Monseigneur, plus que jamais, vos fidèles et dévoués sujets, et nous vous prions de croire à notre entier dévouement à votre personne et au principe que vous incarnez.

Union Légitimiste du Lyonnais et de la Bourgogne

Contact : psblyon@free.fr

Drapeau_Espagne

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur

Messe 2014 pour le Roi Louis XVI


detailLouis_XVI

Messe célébrée à la mémoire du Roi Louis XVI et pour la France :

Le Samedi 18 Janvier 2014 à 10h30

En l’Eglise de l’Immaculée Conception

En présence de S.A.R le Prince Rémy de Bourbon Parme.

 

Compte rendu de la visite de son Altesse Royale le Prince Rémy de BOURBON PARME

Les Lyonnais ont reçu avec chaleur Son Altesse Royale le Prince Rémy de BOURBON PARME, venu représenter SAR le Prince Louis, Duc d’Anjou, Chef de la Maison de France lors de la cérémonie de la messe anniversaire de la mort du Roi Louis XVI.

Les trompes de chasse de la Diane Lyonnaise ont accueilli le Prince Rémy sur le parvis de l’Eglise de l’Immaculée Conception avant de franchir ensemble le grand portail et de pénétrer dans la nef ou plus de 400 Lyonnais fidèles étaient venus commémorer le 221° anniversaire de l’exécution du Roi Louis XVI.

Nombreux sont ceux qui ont remarqué la qualité de la chorale venue soutenir la ferveur de l’assistance. Les échos des trompes de chasse retentissaient sous les voutes, les bannières fleurdelisées et la magnifique décoration florale du grand autel nous faisaient revivre les fastes de l’ancienne France, si riche de traditions et de tenue. 

Un vin d’honneur a ensuite été servi dans la sacristie, ou le chœur de chants La Joyeuse Garde a entonné quelques refrains du répertoire royal. . Plus de 50 convives ont entouré le Prince Rémy de BOURBON PARME. pour le repas traditionnel qui nous a permis de nous retrouver entre amis réunis par le même idéal. Le repas fut excellent, et l’ambiance joyeuse, par une attention délicate du chef de cuisine, le framboisier servi au dessert avait été dédicacé  « Souvenir Bourbonien ».

Nous remercions toutes les personnes qui ont contribué au succès de cette journée.

 

Homélie 

L’homme qui gravit les ultimes marches de son existence, en ce 21 janvier 1793, est libre. Libre de la liberté des enfants de Dieu, pour reprendre une expression de saint Paul. Ceux qui l’ont condamné au cours d’une parodie de procès croyaient lui arracher sa liberté, déjà en l’enfermant au Temple, et maintenant en le conduisant à l’échafaud. Or Louis XVI est libre parce qu’il sait que la justice des hommes si faillible, si pauvre, n’est rien en comparaison de la justice de Dieu. Accompagné de son confesseur, demeuré fidèle à Rome, le roi monte les sinistres marches en homme libre, prêt à paraître devant un Juge dont il n’a à craindre que l’excès de sa miséricorde. Pour le Roi Très Chrétien, lieutenant du Christ sur terre, la victoire appartient à Dieu. Certes, tout, dans les apparences de ce jour pousse au désespoir sur cette place voulue par son grand-père Louis XV et désormais – après tant de crimes – devenue la place de la Concorde.

Combien de Français ont éprouvé un malaise, une détresse, un chagrin en apprenant la mort du Roi ! Et pourtant, par sa mort, Louis XVI nous apprend à ne pas trembler face au mystère de l’iniquité. Sa femme, la reine Marie-Antoinette, sa sœur, Madame Elisabeth, auront quelques mois plus tard, la même bravoure en marchant vers le lieu de leur supplice. Quelle leçon pour nous qui, trop souvent, sommes secoués par les tempêtes du monde et parfois préférons la fuite à la véritable résistance ! La famille royale, au cœur de sa tragédie, nous montre les plus hautes valeurs : la foi en Dieu, la fidélité à l’Eglise romaine, le pardon des offenses et l’amour de son pays. En citant ces valeurs, je me rends compte immédiatement à quel point aujourd’hui elles sont brocardées, tournées en dérision, certains revendiquent même une volonté de laver les cerveaux de toute trace susceptible de revivifier ces grandes et nobles valeurs. Et la messe annuelle où nous nous retrouvons par fidélité à ces valeurs est certainement une proclamation publique et solennelle que dans ce pays, des hommes et des femmes demeurent viscéralement attachés à la foi de leur baptême, à l’amour de l’Eglise et de leur patrie. Et que cet attachement n’est pas ridicule mais une nécessité vitale pour les générations à venir. La France traverse de grandes épreuves, mais de son sein naît et grandit une génération courageuse, fière de ses racines, de sa culture, de son identité, la génération des veilleurs. En un certain sens, les veilleurs qui, dans les lieux publics, se tiennent debout en silence pour protester contre les lois iniques de l’actuel gouvernement sont des prophètes. Le prophète a pour mission de préparer l’avenir et de tenir bon dans l’adversité. Ceux qui aujourd’hui, avec une arrogance et un orgueil démesurés, prétendent fabriquer une société nouvelle, risquent bien, tôt ou tard, de sombrer dans l’oubli et le mépris. Car celui qui veille, celui qui est fidèle, est toujours victorieux. Les bourreaux de la révolution sont tombés dans l’oubli, le nom des martyrs, lui, brille au firmament du ciel.

Alors, d’une certaine manière, devenons tous des veilleurs pour transmettre ces valeurs pour lesquelles des hommes et des femmes sont morts : Vendéens, martyrs ici même des Brotteaux, mais aussi ces millions de morts sur les champs de bataille de Napoléon à la Grande Guerre. Année du centenaire de ce qui fut un drame national et une catastrophe pour l’Europe, année où nous avons à transmettre la mémoire aux plus jeunes. Celui qui un jour est allé à Douaumont comprend ce que je veux dire. C’est toute cette histoire que nous assumons et aussi que nous voulons donner et sans laquelle la France perd son âme.

Soyons certains que sur ce chemin de préservation de nos racines, de notre foi, de notre amour de la patrie, la main du monarque pour lequel nous prions aujourd’hui ne nous fera pas défaut.

Ainsi-soit-il.

 

Discours du Président Henri BURGAT 18 Janvier 2014

Monseigneur, Monsieur le Curé, Chers Amis,

Je vous remercie d’être venus commémorer le 221° anniversaire de la mort du Roi Louis XVI. Je vous souhaite en mon nom et au nom du Conseil d’Administration une bonne année 2014.

Nous remercions le Prince Rémy de BOURBON PARME venu représenter la famille Royale, puis Monsieur le Curé pour son accueil chaleureux, Monsieur Yves RICHARD et les membres de la Diane Lyonnaise ainsi que toutes les personnes qui de près ou de loin ont participé à l’élaboration de cette journée.

Notre programme 2014 a été choisi avec soin et devrait vous inciter à participer à nos différentes activités. Nous accueillerons des conférenciers de qualité qui sauront vous captiver. Le 17 Mai aura lieu la quatrième édition de la Grande Fête Catholique et Légitimiste du Lyonnais et de la Bourgogne, cette fois à Lyon, ici même.. Nous inviterons le Prince Louis à venir nous visiter et nous espérons cette fois que son emploi du temps lui permettra de répondre favorablement à notre appel. Nous serons nombreux tous les cercles de nos voisins et amis légitimistes, sont invités. Vous pourrez déjeuner sur place, au choix un menu traditionnel ou un plat du jour au prix très étudié. Nous recherchons des volontaires pour l’organisation et pourquoi pas des mécènes. Les bonnes volontés sont priées de se faire connaitre. Merci d’avance !

Comment comprendre cette France actuelle, ou tout est petit, chétif, resserré, renfrogné, sans grâce, sans grandeur alors que la France du passé était si grande, si prospère, si chevaleresque, si riche de traditions et de gloire, ou le peuple était courageux, loyal, spirituel. Alors qu’aujourd’hui nous voyons un peuple désabusé, sans ressort, sans entrain à qui l’on a tronqué son passé glorieux, ses conquêtes pour une fausse histoire, une fiction inventée de toute pièce dans laquelle ses conquêtes sont transformées en oppression de peuples innocents, sa grandeur en honte et en humiliation et ou on lui demande de se repentir de péchés imaginaires. Et il se laisse séduire, hypnotisé par des maîtres penseurs apatrides stipendiés par le nouvel ordre mondial. Leur but ultime étant l’asservissement des peuples, l’esclavage universel, la déification d’une élite. La création d’un monde sans espoir, sans âme et sans Dieu.

Le péril est grand mais les racines chrétiennes sont profondes, enracinées au cœur de l’homme, tout n’est pas perdu, une petite flamme vacille encore au sein de son cœur asséché. Comme une braise, elle ne demande qu’a grandir, se développer, rugir comme les flammes d’un incendie pour tout emporter, détruire les structures qui l’étouffent et reconquérir cette liberté, cette patrie, qui est notre idéal. C’est une nouvelle croisade qui est en marche elle ne demande qu’un peu de volonté, d’ardeur, de courage pour combattre les idées fausses rétablir la vérité. L’ordre contre le désordre, la lumière contre les ténèbres voila notre programme.

Dans ces temps incertains, il nous faut faire face. Nous seuls sommes garants de l’avenir de nos enfants et responsables devant Dieu.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite un bon appétit.

PSBLyon0023

PSBLyon0028

PSBLyon0037

PSBLyon0043

PSBLyon0052Programme-Messe-18-janvier-2014

PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur PSB Lyon Separateur